Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyJeu 4 Avr - 18:50


Tuer ou être tué. Conquérir ou être conquis. La vie est une succession de choix à la simplicité enfantine. L’indécision équivaut à laisser les plus adultes décider à votre place.

≋ Octave Keranos ≋ Manuel de diplomatie atlante ≋


2 avril 2050.

Une série d’événements tragiques frappait Europolis depuis le début de la soirée, plongeant la capitale européenne ici dans la barbarie d’un autre âge, là dans une guerre impitoyable entre mafia et forces de l’ordre.

Loin des rues agitées de la ville, sur mon bateau amarré au sud des îles Zeeland, mon esprit planait. En raison des blagues débiles des Européens sur le 1er avril, c’était pour ainsi dire la fête du poisson. Mon crâne chargé de meth l’avait associée aux célébrations traditionnelles du calendrier atlante, faisant ressurgir un relent de nostalgie qui me filait la gerbe. J’avais donc avalé d’autres comprimés de meth pour m’en débarrasser.

L’effet excitant m’avait conduit à déambuler, danser sur mon patrouilleur comme un ivrogne par jour de tempête. Je portais pour seul vêtement un caleçon turquoise, agrémenté de poissons craignos aux yeux globuleux.
Une steppette trop rapide me fit dégueuler un mélange de tequila et de pizza froide par-dessus bord. Meth et alcool ne font pas bon ménage, même pour un estomac atlante. Je soupçonnais néanmoins les anchois d’avoir joué un rôle dans ma piètre condition. La tête de cul qui m’avait refourgué cette merde ne m’inspirait aucune confiance, et l’excès de sauce piquante visait sans doute à masquer un goût avarié.
En clair, le vendeur m’avait baisé. Je retenais de lui faire payer.

C’était pour mieux réfléchir à un châtiment que j’ai fini par m’étaler sur la plateforme de chargement du bateau, les jambes barbotant dans l’eau froide.
Je me sentais bien, en dehors de ce problème de tuyauterie. Mon organisme atlante était habitué à nager dans les eaux les plus glaciales ; seul le vent frais qui s’engouffrait dans mes alvéoles adaptées à la Surface me causait un léger inconfort.

Un oiseau de nuit traversa le ciel obscur, tristement couvert d’une chape de nuages épais.
Je saluai l’animal volant d’un rot sonore ; il répliqua en croassant avec méchanceté.

— Putain de piaf. Va te faire enculer.

J’avais un horrible goût de vomi au fond du palais. Ce qui me décida à plonger la tête dans l’eau pour m’en débarrasser.
C’est à ce moment que j’ai distingué la lointaine silhouette d’une sirène nager dans ma direction. Une sirène avec la jolie tête de Kahlan – je reconnaitrais sa longue chevelure d’ébène et sa peau laiteuse entre mille.

Bordel de merde, la meth me fait vraiment halluciner.

J’ai sorti la tête de l’eau, me suis infligé une série de baffes pour évaluer mon état.

Fonctionnel.

L’effet de la drogue se dissipait déjà, j’en étais certain. Mes sens étaient affûtés comme les pointes d’un trident ; seul mon esprit restait légèrement embourbé. J’étais une putain de machine à traiter les déchets, à purifier le sang des substances chimiques indésirables. L’accoutumance à la meth et à l’alcool faisait le reste, bien que j’avais fortement réduit ma consommation depuis l’obtention de ma licence de détective privé.

J’ai donc plissé les yeux, scruté la mer en direction de l’apparition. Ma fouille cessa à une vingtaine de mètres de la coque.

— Kahlan…

J’ai plongé bras en avant, fendant l’eau qui m’avait vu naître.
J’ai rejoint mon amie de jeunesse en quelques contractions musculaires, glissé mon bras sous le sien et nagé les derniers mètres à son côté.
La proximité confirma ma première observation : Kahlan laissait dans son sillage une traînée de sang. Du sang qui s’échappait faiblement d’entailles au ventre à la cuisse, dont j’évaluais la taille originelle en sachant qu’elle nageait et se régénérait depuis le continent.

Je l’ai guidée vers la plateforme de chargement, aidée à gravir les marches pour gagner le pont du Narval.
L’état de Kahlan n’avait rien de préoccupant. Elle n’était pas une combattante aguerrie, mais avait subi la brutalité de son père et du reste de la société atlante pendant trente années. Malgré son nouveau job à la con de vendeuse de lingerie, elle ne serait jamais l’une de ces tafioles humaines qui chialaient quand un de leurs ongles se cassait.

J’ai désigné ses blessures d’un doigt autoritaire :

— Bordel, Kahlan, qu’est-ce qui t’est arrivé ? Qui t’a fait ça ?

J’ai entendu dans le son de ma voix une sensiblerie qui ne m’était pas familière.
La meth, sans doute. Cette saloperie nous foutait le cœur sur les lèvres.
Et puis c’était Kahlan. L’amante d’une nuit dont je conservais précieusement le souvenir, tel un trésor que mes yeux éblouis ne contempleraient plus jamais.
Pas de bol. Il a fallu qu’elle surgisse des eaux à la manière d’une sirène blessée, le jour où la nostalgie me saisissait les tripes.

_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptySam 6 Avr - 14:25

2 Avril 2050

Alors que la journée s’était très bien passée, la journée avait viré au cauchemar. Lara s’était retrouvée comme beaucoup d’autres prise dans une embuscade de tireurs au centre commercial. Si elle avait évité par chance les balles de leurs assaillants, elle qui était répugnée par les armes à feu, la brune n’avait pu échapper au combat au corps à corps avec ce qui s’était révélé être le chef de la bande. Si elle avait identifié leur cible assez rapidement, visant l’africaine qui était à ses côtés, cela lui avait permis de faire barrage. Seulement, combattante entraînée mais non aguerrie, son adversaire ne l’avait pas épargné entaillant d’abord son flanc droit puis une seconde encore plus profonde sur le dessus de sa cuisse gauche. Sa condition d’Atlante lui avait permis de tenir le coup mais une personne normal se serait simplement vidée de son sang sur place. C’est pourquoi, la jeune femme s’était enfuie, volatilisée dans la nuit afin d’échapper aux questions des forces de l’ordre et aux examens de l’hôpital où elle aurait très probablement été emmené. Ses pas l’avaient rapidement menés aux bords des quais et après avoir envoyé un message à Kethryn pour la prévenir, elle avait dissimulé sa veste et son portable avant de rejoindre sa vieille amie l’eau. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas plongé, la dernière fois remontait à plusieurs années lorsqu’elle était allée repêcher Anastasy après qu’un criminel l’ait agressé. Elle ne s’était clairement pas attendue à ce que la lieutenante ait les yeux ouverts après qu’elle soit allée la chercher au fond de la baie. C’était ainsi que son amie avait compris qu’elle était une Atlante et qu’elle s’était ainsi présentée comme une Amazone.

Son corps totalement immergé, Kahlan sentit déjà le bien fou de l’eau sur ses plaies. Alors que l’eau salé aurait tendance à faire hurler à la mort un humain, ce n’était pas du tout son cas. C’était dans ces moments là qu’elle se sentait nostalgique vis à vis de l’Atlantide. Les sensations qu’elle avait dans l’eau, ce semblant de paix et de calme constant n’avait pas de prix. Si au départ, la brune hésitait à aller voir son ami et ancien amant sur son bateau, ses bras et ses jambes l’y menaient petit à petit, instinctivement. Si la douleur liée à sa blessure ne la dérangeait pas elle qui connaissait que trop bien la souffrance, ses gestes sous l’eau étaient moins fluides qu’habituellement. C’était inévitable en soit. Elle sentait tout de même que ça allait un peu mieux. A l’approche du bateau et du bord de l’île, elle aperçut Alcide qui ressortit aussitôt de l’eau. Il ne devait pas l’avoir vu. Peut-être était-ce une mauvaise idée de venir le voir dans cet état après tout. Ralentissant, sur le point de s’arrêter et de faire demi-tour, la jeune femme le vit arriver à une vitesse qui était bien supérieure à ce qui était nécessaire. A vrai dire, Lara était largement capable de nager seule. Mais d’un autre côté, sa présence, son contact, étaient des choses réconfortantes pour elle. Ils firent les derniers mètres ensemble jusqu’à sortir de l’eau sur une plateforme qu’Alcide l’aida à monter avant qu’ils ne se retrouvent sur le pont de son bateau. Il en faisait trop à croire qu’elle était en train de s’effondrer au fond de la mer. Autoritaire, semblant presque furieux de la trouver dans cet état, elle esquissa un faible sourire.

Du calme ce n’est pas grand chose.

Certes, l’humain qui lui avait fait ça ne l’avait pas raté, mais l’Atlante s’était bien défendue, lui rendant chaque coup. Observant rapidement les alentours, elle n’était jamais venue le voir ici seule. Si depuis qu’elle avait retrouvé Aurora, la brune craignait de revoir son père ou son mari, elle n’avait pas songé qu’elle pourrait peut-être revoir son second frère ou Alcide. Cela avait été une réelle bonne surprise de le revoir, même si elle avait dû faire le triste constat de son changement. La cruauté de ce qui était arrivé à leur peuple l’avait durci, l’avait fermé, même avec elle, malgré tout ce qu’ils avaient partagés. Elle avait l’impression qu’une barrière s’était érigée entre eux.

Il y a eu une … attaque au centre commercial.

Pourquoi était-elle venue le voir ? La nécessité de se plonger dans la mer pour se soigner lui avait fait penser à l’Atlantide et ainsi à Aurora et sa haine pour les hommes et à Alcide qui semblait de cet avis là également. Il devait très certainement penser comme leur benjamine. La brune n’aimait pas spécialement les humains mais elle ne les détestait pas non plus. Ce qui était arrivé à l’Atlantide n’était que le reflet de la violence que n’importe quelle espèce semblait porter en elle. C’était cette même violence qui l’avait poussé à se réfugier, à venir voir cet ami d’enfance, cet amant d’un soir. Même s’ils ne semblait pas sur la même longueur d’onde, Kahlan avait confiance en lui. Être plongé dans le monde des hommes semblait l’avoir changé mais elle restait persuadée qu’il était resté le même au fond de lui. Elle baissa les yeux sur les deux entailles qui avaient commencé à se refermer puis reporta son attention sur Alcide, l’air désolé malgré le fait que c’était elle qui était blessée. Venir ici et l’inquiéter de la sorte n’était pas le meilleur choix qu’elle ait fait après réflexion.

Parmi les attaquants, ceux qui ne sont pas morts ont été capturé par la police. Je suis venue me baigner pour récupérer et … j’avoue que je suis venue ici un peu inconsciemment. Désolée si je dérange.

Désolée, elle l’était sincèrement. Si Lara ne se laissait plus marcher sur les pieds par ceux qui voulaient l’utiliser comme un punching ball, elle restait pour autant d’une extrême gentillesse, gentillesse qui semblait repousser Sorcha en plus d’autres choses. Peut-être que l’homme qui lui faisait face allait réagir pareil. Ce n’était toutefois pas le souvenir qu’elle avait de son ami d’enfance.

_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyDim 7 Avr - 18:44


Il était temps que j’arrête d’avaler ces cachets de meth comme des bonbons. La coke me réussissait mieux, mais cette merde coûtait la peau du cul. À moins de la voler. Toutefois le vol avait aussi un prix : quand on faisait les poches du mauvais poisson, dans cette putain de ville gangrénée par la mafia, on se retrouvait vite avec un épaulard au cul.
Je reprenais quand même doucement le contrôle de mes nerfs à fleur de peau. D’ordinaire, je me foutais royalement qu’on me voie dans un état second, bourré ou défoncé, mais avec Kahlan c’était différent. Peut-être qu’une partie de moi désirait préserver nos souvenirs des souillures du présent, comme une perle immaculée que l’on conserve précieusement pour se rappeler, aux heures les plus sombres, que la beauté existe.

— Je suis calme, mais ça me fout en rogne qu’on te fasse du mal.

Tant pis pour l’antilogie.
Et pour le demi-aveu. De toute façon, si Kahlan avait nagé jusqu’ici, elle se doutait qu’elle y trouverait un ami. Ou quelque chose du genre. Nous deux, ça remontait quand même à quinze ans. C’est long, surtout quand la vie s’acharne à vouloir vous buter.

J’ai ricané quand ma sirène a mentionné l’attaque du centre commercial. C’était sorti tout seul, pas pu m’en empêcher.
Bordel, elle vendait de la lingerie dans cet endroit minable pour être tranquille, à l’abri, et voilà que la violence la rattrapait.

La violence l’a rattrapée.

Mon cerveau a fait tilt. Kahlan m’exposa ses blessures et mes idées s’éclaircirent davantage.

— Moi, je sais pourquoi ton inconscient t’a guidé jusqu’ici.

Je lui ai tendu la main. Celle-ci tremblait encore un peu ; putain de meth.
Kahlan allait sûrement croire que c’était l’émotion, parce que je tenais à elle. Ça m’arrangeait ; merci la meth.

— Et tu ne me déranges pas, Kahlan. Je suis toujours content de te voir. Si j’avais su qu’une belle sirène allait me rendre visite ce soir, j’aurais gratté le pont jusqu’à ce qu’il brille comme un miroir.

Baratin d’émissaire Keranos, tout comme le sourire charmeur. Ces conneries passaient encore mieux quand il y avait un fond de vérité.
Je me félicitais quand même d’avoir eu le réflexe de vomir par-dessus bord. Mon effet aurait perdu de sa superbe si Kahlan avait mis le pied dans ma gerbe.

— Suis-moi à l’intérieur. Je vais te faire goûter à mon nouveau cocktail d’eau de vie mélangée à une solution saline enrichie. Ça va te requinquer.

Et moi aussi.

Nous sommes descendus dans les entrailles de l’ancien patrouilleur militaire, entièrement réaménagé par mes soins. L’intérieur n’offrait pas le luxe d’un yacht à cinq cent mille eurodollars, les plafonds étaient bas et les couloirs exigus, mais on y trouvait tout le confort moderne.

À l’approche de la cabine qui servait de cuisine et salle à manger, je me suis rappelé qu’un peu de « matos » traînait encore sur la table.
Putain de merde, quel con.
Je me suis brusquement arrêté. Retourné vers Kahlan, avec l’air du type qui vient d’avoir un éclair de génie.
J’ai désigné le couloir à droite.

— J’ai du linge sec dans une armoire. Deuxième porte sur ta gauche. Les vêtements seront un peu trop grands pour toi, mais ce sera mieux que tes habits de Surfacienne. Leurs tissus collent à la peau quand ils sont mouillés, pas comme les nôtres. Et puis, on te regardera pas comme une fêtarde qui a glissé dans la piscine, quand je te ramènerai sur le continent.

Elle pouvait aussi enlever toutes ses fringues. Je l’avais déjà vue à poil, même si ça datait. À en juger par le haut qui épousait la forme de sa poitrine, son corps avait encore gagné en féminité.

J’aurais pu tenter le coup. Profiter de sa vulnérabilité, jouer sur la nostalgie pour la séduire à nouveau.

Mais j’avais d’autres projets pour Kahlan. Des projets plus grands que  nous deux. Je n’allais pas m’en détourner pour une paire de nibards, aussi affriolants soient-ils.

J’ai profité qu’elle se changeait pour débarrasser la table des cachets multicolores dont certains étaient réduits en poudre. Hop, dans l’armoire à provisions. Au milieu des sardines et boîtes de thon.

Deux verres, une carafe de mon cocktail spécial et j’étais prêt. Le cul posé sur une chaise à moitié déglinguée, mon caleçon craignos pour seul vêtement, le corps humide après mon plongeon.
Un Atlante presque normal.

_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyDim 7 Avr - 20:24

2 Avril 2050

Lara n’avait pas franchement réfléchi en agissant de la sorte. Alors qu’elle avait plongé dans la mer après tant d’années sans le faire, la dernière fois étant pour remonter une certaine Amazone à la surface, elle avait ressenti l’appel de la mer et ce besoin d’être parmi les siens qu’elle avait refoulé durant tout ce temps. Si certains de son espèce la rebutaient, d’autres au contraire étaient sources de réconfort. C’était le cas d’Alcide. Déjà plusieurs années en arrière, il avait été celui qui lui avait permis de souffler, de respirer, alors que son frère était parti loin. Cela n’avait duré le temps que d’une nuit, mais c’était ainsi que le mari de la brune n’avait pas eu ce que son père lui avait promis, même s’il le savait pas. Son géniteur pensait lui livrait à l’autel une femme belle et pure. C’était bien la seule victoire que Kahlan avait réussi à arracher à son père et son mari, même si personne ne le savait, cela restait sa victoire personnelle. Et puis, cette nuit là, elle était bien incapable de la regretter. Ils en avaient eu tous les deux besoin et malgré le fait qu’ils se connaissaient comme des amis depuis quelques années, c’était arrivé naturellement. Alcide était celui qui s’était rapproché en premier, mais c’était de la faute de la jeune femme qui était au plus bas après avoir appris son mariage forcé. Il connaissait ce problème, il l’avait vécu et le vivait encore lui aussi. Jamais elle ne s’était dit que de faire ça avec un homme marié était une mauvaise chose. Il n’était pas heureux dans cette union forcée, elle le savait, elle le voyait. Si elle avait pu apaiser rien qu’un peu son ami à travers cette nuit partagée, elle en était ravie. Cela ne les avait pas empêché de rester amis jusqu’à ce que le beau brun s’en aille loin, la laissant seule entre les mains violentes de son époux.

La voir ainsi semblait avoir mis à cran très rapidement l’Atlante. Elle ne le reconnaissait pas tant que ça dans cette réaction trop vive. D’un autre côté, elle eut ce pincement au coeur lorsqu’il précisa qu’il n’aimait pas qu’on la touche. Elle appréciait la façon protectrice qu’il avait d’agir avec elle. Mais s’il savait ce qu’il s’était passé en Atlantide après son départ … Chassant ses souvenirs qui revenaient la hanter, elle lui adressa un sourire qui se voulait rassurant. La brune allait bien, elle avait connu tellement pire, même si elle n’allait clairement pas s’en vanter. Si elle avait encaissé douloureusement les coups de lames dans sa chair, elle n’était pas restée inactive, frappant son assaillant de toutes ses forces pour le faire tomber.

Je t’assure que ça va. Ca s’est déjà bien refermé.

Lorsqu’elle se mit à lui expliquer ce qu’il s’était passé, son ami se mit à rire, la surprenant un peu au passage. La jeune femme avait bien compris que son emploi de vendeuse ne plaisait pas, mais alors clairement pas, à Alcide. Elle ne s’arrêta pas là dessus poursuivant ses explications et le pourquoi elle se retrouvait ici, plus ou moins involontairement. Kethryn n’allait pas être disponible, c’était évident. Mais ce besoin de réconfort, ce besoin de se sentir chez soi, Kahlan ne l’avait ressenti récemment qu’avec l’Amazone ou avec le beau brun qui était devant elle. Ils étaient les deux seuls à connaître une partie de son passé et à comprendre un peu sa situation, son hésitation. Son ami comprit rapidement pourquoi elle était là, même si la brune ne voulait pas se l’avouer. Voyant la main tendu un peu tremblante d’Alcide, elle déposa sa main dans la sienne sans trop d’hésitation, de peur que ses tremblements ne soient dû à une quelconque peur du rejet. Elle n’imaginait pas que son ancien amant puisse être un drogué. Il la rassura à l’aide de quelques paroles, la flattant au passage ce qui étira son sourire dans une grimace gênée tandis que le sourire du jeune homme lui réchauffa la joue, les teintant légèrement.

L’Atlante la mena au sein de son bateau, descendant les escaliers à la suite de son hôte. L’endroit était un peu étroit, surtout pour un homme de la carrure du beau brun, et pourtant, il se faufilait sans mal. Lara fut cependant surprise de l’arrêt brusque de son ami qui lui indiqua où trouver des vêtements secs. Surprise par sa proposition et l’usage du mot “Surfacienne”, elle fut surtout interloquée par sa remarque sur le fait qu’il comptait bien la ramener sur le continent. La brune commença à s’orienter dans la direction indiquée, le voyant se précipiter dans la cuisine pour ranger quelque chose qu’elle ne vit pas. Pénétrant dans la pièce derrière la seconde porte, elle ôta tous ses vêtements excepté ses sous vêtements noir qu’elle essuya rapidement avec une serviette puis elle étendit le reste pour qu’ils sèchent un peu avant d’enfiler un tee-shirt trois fois trop grand qui lui arrivait presque à mi-cuisse. Cela serait bien suffisant le temps qu’elle serait là. Lara comptait bien rentrer chez elle par ses propres moyens en ayant remis ses vêtements, quoi qu’en dise ou pense Alcide. Revenant sur ses pas, elle se dirigea pieds nus dans la cuisine de son hôte et prit place en face de lui. Il n’avait pas tant changé que ça après toutes ses années. Sa compagnie était toujours aussi agréable et rassurante. Ce dernier servit les deux verres et en tendit un à la jeune femme qui le leva comme pour trinquer avant de goûter son fameux mélange. Reposant le verre, elle plongea son regard dans celui de son ami avant de lui poser une question qui la titillait depuis longtemps.

Pourquoi la vie que je mène aujourd’hui te dérange-t-elle à ce point Alcide ? Est-ce à cause de ça que tu ne me fais pas confiance et que tu te précipites pour me cacher des choses ?

A la fois sérieuse et curieuse, Kahlan était blessée par le fait que lui ne puisse lui faire confiance. Elle ne connaissait pas vraiment Aurora et cette dernière ne la connaissait pas du tout. Elle comprenait parfaitement la réaction de la benjamine à son égard. Mais lui la connaissait, autant que Anastasy. Ils connaissaient tous les deux diverses choses à son sujet. Le voir lui douter d’elle l’atteignait clairement. Sauf que depuis qu’ils ne s’étaient pas vus, ce que le beau brun ne savait pas, c’est qu’elle avait appris à se défendre, à dire non, à s’assumer largement seule. C’était pour cela qu’elle menait la vie qu’elle avait aujourd’hui, dans le but de ne dépendre de personne et surtout pas de quelqu’un qui la prendrait pour un punching-ball.

Je ne suis pas venue dans le but d’être un fardeau et je regagnerais le continent à la nage ne t’inquiète pas. Je t’ai dit que je n’étais pas venue pour te déranger même si cela est peut-être bien le cas.

_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyMar 9 Avr - 20:46


Putain. De. Merde.

Kahlan a franchi la porte de la modeste cuisine vêtue d’un simple t-shirt. Trop grand pour elle, mais pas suffisamment pour camoufler tout ce qu’un Atlante aimait chez une femme.
La blessure sur sa cuisse en faisait partie, splendide trait rouge sur sa peau laiteuse. Les entailles étaient rares chez nous, dans le sens où elles cicatrisaient rapidement. Chez les Keranos, on les portait avec fierté car elles démontraient qu’on s’était battus, qu’on avait pris des coups. Même quand nous perdions, au moins on s’était endurcis et, plus important, on apprenait de nos erreurs.
J’ai donc reluqué Kahlan comme il se doit. Elle n’a rien dit et s’est assise de l’autre côté de la table.

Je nous ai versé deux verres de mon cocktail avec un sourire satisfait, en commençant par mon invitée.
Le breuvage qui coula dans ma gorge aurait paru infect à un palais surfacien. De l’eau-de-vie de marc, du sel de mer, de la fleur de sel, des microalgues, un complexe de minéraux ; j’avais joué à l’alchimiste pendant longtemps avant de trouver la formule adéquate. L’alcool au goût fruité s’associait à tous les éléments nutritifs dont un Atlante avait besoin. Une vraie boisson de champion.

J’ai reposé mon verre, laissé mariner le liquide à l’intérieur de ma bouche afin d’en faire disparaître les dernières traces de vomi. Ainsi, ma cavité buccale se retrouvait propre comme la nageoire d’un requin pour répondre aux questions de Kahlan.
Des questions directes, provocatrices chez cette femme connue pour sa tempérance.
J’appréciais, mais ne pouvais répondre tout de go avec une totale franchise. Celle-ci monta néanmoins d’un cran.

— Tu vends des cordelettes que les gens se fourrent dans la raie du cul, fallait pas s’attendre à ce que j’applaudisse ton choix de carrière. Et je vis seul sur mon bateau, normal que ce soit un peu le bordel et que je veuille ranger avant de recevoir une dame. La grande classe, les belles cérémonies, pour moi c’est terminé depuis longtemps. Alors pour une fois que je fais preuve de civisme, tu vas quand même pas me faire un procès.

Il n’y avait aucune méchanceté dans ma voix. Juste assez de fermeté et de conviction pour lui faire comprendre que j’étais sérieux.
Je devais trouver le bon dosage, profiter de la situation pour la secouer. En gardant à l’esprit que si j’y allais trop fort, elle me glisserait entre les doigts.

J’ai rempli le verre de Kahlan, m’en suis resservi un autre.

— Ce qui me dérange le plus, là, tout de suite, c’est que tu te crois un fardeau pour moi. Tu ne le seras jamais, quoi qu’il arrive. Ton visage est l’un des seuls qui me donnent pas envie de gerber ou de cogner parmi les nôtres. On n’a jamais été hostiles l’un envers l’autre, et ça ne tient pas seulement à ma vieille amitié envers ton frère. On a passé de très beaux moments ensemble, tu n’as quand même pas oublié ? (Court silence, le temps de faire palpiter ses ovaires.) Aujourd’hui nous vivons tous les deux à l’écart de notre peuple moribond, même si nos raisons diffèrent. Toi et moi nous sommes liés, qu’on le veuille ou non.

J’ai levé mon verre au baratin que je venais de prononcer.
Sourires complices.
Ensuite, j’ai bu pour chasser le goût de mauvaise bile qui remontait dans ma gorge. À cette heure, on avait autant en commun qu’un requin et une carpe.

Le cul de mon verre claqua sur la table avec détermination. Je l’ai chassé du revers de la main, avançant celle-ci au milieu de la table pour que ma belle sirène la saisisse.

Les émissaires Keranos appelaient cette approche « établir une connexion mémorielle, émotionnelle et physique ». Un moyen parmi d’autres de placer son interlocutrice dans de bonnes dispositions, juste avant d’énoncer nos requêtes.

Buste penché en avant, je portai sur Kahlan un regard intense, résolu.
Une belle affiche représentant la mer dans toute sa splendeur trônait sur le mur derrière moi. Je n’avais pas choisi cet emplacement par hasard.

— En ce qui me concerne, Kahlan, je sais que je le veux. Tu peux vivre comme une Surfacienne, adopter leurs coutumes, porter leurs vêtements, vendre leur lingerie, tu resteras à jamais une fille de l’Océan.
Je sais que je veux réveiller ta force innée, latente ; t’apprendre à gérer les salopards qui ont commis l’erreur de t’agresser, à ne plus jamais subir la violence des autres. Je veux que tu acceptes notre héritage, que tu m’aides à découvrir toute la vérité sur les génocides de notre peuple et des autres divines. Je veux que ta présence fédératrice contribue à nous unir, afin de préserver l’avenir de notre planète, mers et terres confondues.


J’ai rompu le contact et me suis adossé à ma chaise. D’un geste nonchalant, j’ai ensuite récupéré le paquet de clopes posé sur le plan de travail, marié d’un briquet.
J’ignorais si Kahlan fumait ; je lui proposais une tige, à tout hasard.

— Et toi, qu’est-ce que tu veux ?

_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyMer 10 Avr - 13:48

2 Avril 2050

Si Kahlan était parfaitement consciente de la tenue dans laquelle elle était, elle ne pensait pas pour autant attirer autant l’attention de l’Atlante. Si elle ressentit un très léger malaise, elle fit en sorte de passer outre rapidement. Là n’était pas la question après tout. elle avait l’impression de gêner mais surtout de l’avoir déçu et elle comptait bien comprendre la situation. Alcide était un ami pour elle, malgré les nombreuses années qui les avaient séparés. Elle prit alors le verre tendu gentiment par son hôte et prit une première gorgée puis rapidement une seconde. C’était bête à dire mais c’était bon et surtout, cela faisait du bien, tant physiquement que psychologiquement. Si elle avait supporté bien trop longtemps de servir de punching ball, la brune ne voulait plus que cela soit le cas aujourd’hui. Pourtant ce soir, malgré le fait qu’elle s’était défendue, elle avait eu l’impression d’être dépassé durant le combat par un homme, un simple humain, qui avait moins de force qu’elle. Le manque d’entraînement s’était largement fait ressentir et cela avait fait ressurgir une peur que Aurora avait réveillé en entrant dans sa vie un peu plus d’un an auparavant. Voyant son interlocuteur descendre le verre en entier, Lara ne se fit pas prier pour prendre une gorgée supplémentaire sans toutefois avoir encore terminé son verre. L’alcool lui réchauffait un peu le corps, même si elle ne craignait pas le froid. Mais surtout, la présence de son ancien amant la mettait en confiance, la rassurait. Si Kethryn savait à présent qu’elle avait eu un père et un mari violent, lui savait à quel point elle avait été battu lorsque plus jeune, elle avait commencé à traîner avec son frère et Alcide.

Si la question qu’elle osa poser n’était en rien agressive, la jeune femme voulait comprendre en quoi elle avait mal agi et surtout si elle avait perdu l’une des rares personnes en qui elle pensait pouvoir avoir confiance. Dans le fond, elle avait besoin de croire que tous les Atlantes n’allaient pas lui tourner le dos au premier regard. Aussi la première réponse prit au dépourvu Kahlan, ne s’attendant clairement pas à une telle opinion sur son métier de sa part. Elle n’avait fait que prendre le premier travail qui venait en soit. Mais surtout, le fait qu’il pense qu’elle avait besoin de manières, de cérémonies ou d’autres choses du genre la blessait. Finalement, il ne la connaissait pas si bien que ça.

J’ai pris le premier travail que j’ai trouvé mais soit, si ça ne te plait pas. Tu aurais toutefois été bien moins attentif à ce genre de détails par le passé. Ce n’est pas comme si ça m’avait intéressé à un moment ou à un autre.

Elle n’avait jamais été du genre à trouver important de sauver les apparences, pas comme son père ou son mari. Lara en profita pour terminer son verre alors que son interlocuteur attrapa la bouteille pour les resservir immédiatement. Heureusement que la consistance des Atlantes permettait de tenir l’alcool plus facilement. Elle aurait été de celles qui ne le tiendraient pas beaucoup dans le cas contraire. C’était la première chose qu’elle avalait depuis le matin, excepté une madeleine à midi pour tenir le choc. Il faut dire qu’elle ne s’était pas attendue à finir la soirée ainsi, au milieu d’un attentat, à s’en sortir presque tout juste avant de se jeter à la mer et de laisser son coeur l’attirer jusqu’ici. Etait-ce réellement une bonne idée d’être venue voir son ancien ami ? Mais lorsqu’elle lui fit comprendre qu’il n’avait qu’un mot à dire pour qu’elle s’en aille, cela fut tout l’inverse qui sortit de la bouche d’Alcide. Les prunelles noisettes de la brune trouvèrent le regard profond de l’Atlante. Oui, Kahlan pensait être un fardeau, peu importe vis à vis de qui. Elle semblait n’être bonne qu’à sourire et être gentille avec les autres, sans plus value réelle. Si elle était contente que Anastasy s’en contente, elle ne pensait pas forcément lui être plus utile pour autant. Le fait qu’il lui parle d’agressivité réveilla des souvenirs en elle et cette crainte latente qui se faisait de plus en plus présente depuis un an. Et s’il revenait dans sa vie, arriverait-elle à s’en sortir ? Le drame qu’ils avaient subi pourrait-il l’avoir changé ? Gentille sans être naïve, la jeune femme ne croyait nullement en la possibilité d’un revirement chez son mari s’il avait survécu au bombardement. Le fait qu’il évoque son frère la fit frissonner. Lui aussi l’avait abandonné, comme Alcide, comme tout le monde, même le vieux militaire qui l’avait formé l’avait abandonné en décidant de rester pour se battre contre les démons.

Cela ressemblait fort à un caprice d’enfant mais c’était le point de vue de Lara qui n’arrivait pas à rester seule. L’évocation de ce qu’il s’était passé entre eux plusieurs années auparavant la fit légèrement frissonner. Il ne devait même pas savoir qu’il avait été son réconfort jusqu’à prendre sa virginité. Puis sa conclusion tomba et fit écho dans la tête de la jeune femme. Etait-il sérieu sur tout ? Cela semblait être un trop beau discours et pourtant, au fond d’elle, elle avait désespérément envie d’y croire. Elle lui rendit son sourire et l’accompagna pour boire son verre, ne se rendant même pas compte qu’elle l’avait déjà vidé. La brune reposa délicatement son verre alors que l’Atlante le fit bien plus bruyamment, juste avant de lui tendre la main. Hésitante, les contacts n’avaient jamais été son point fort. Et pourtant elle finit par approcher sa main doucement, ne cherchant ni à prendre sa main ni à l’envahir, laissant uniquement une partie de ses doigts reposer dans la paume de sa main. Cela lui rappelait inévitablement des souvenirs liés à une proximité bien plus grande. Entre le contact de leur main et le regard d’Alcide, elle était comme piégée même si elle était libre de tout mouvement. Puis il reprit de plus belle, expliquant que ce lien qui semblait les unir, il ne comptait pas le renier, bien au contraire. Bien sûr qu’elle était une fille de l’Océan, elle le serait toujours même si elle avait réussi à se créer un semblant de confort en s’installant de la sorte à Europolis. Sa force innée ? A quel moment avait-elle pu lui laisser entrevoir qu’il y avait la moindre chance là-dessus ? Kahlan se sentait plus comme une bonne à rien. Les mots de l’Atlante ne cessaient de résonner dans son esprit, jusqu’à ce qu’il parla de ne plus subir les violences des autres, la prenant un peu au dépourvu, sa surprise se lisant dans son regard. Etait-ce possible qu’il soit au courant pour son mari ? La brune voyait mal comment il aurait pu avoir l’information. Mais surtout, Alcide n’avait pas la même vision que Sorcha. Il n’avait pas pour ambition d’exterminer tous les humains. Il semblait chercher uniquement la revanche et ça, elle ne pouvait clairement pas lui reprocher de vouloir gagner une guerre que les humains avaient débuté en lançant ce bombardement sur leur cité. Reprenant sa main, il se bascula de nouveau en arrière de sa chaise et attrapa un paquet de cigarettes, lui proposant au passage. Elle déclina brièvement d’un signe de la tête et attrapa la bouteille pour se resservir alors qu’il lui posait une question qu’elle s’était retournée plus d’une fois dans sa tête.

Je me suis posée cette question un bon nombre de fois tu sais ...

Attrapant son verre, elle le descendit d’une traite. Kahlan en avait clairement besoin. Son regard s’était posée sur son verre depuis qu’elle s’était saisie de la bouteille. Elle se reversa un nouveau verre et reboucha la bouteille, profitant de ce silence pour chercher ses mots.

Je ne veux pas m’abaisser à ce qu’on fait les hommes. Mais je ne veux pas laisser ce crime impuni non plus. S’il y a des personnes que j’espère être morte dans ce bombardement, il y a d’autres Atlantes que je vais regretter, qui ne méritaient clairement pas ça. Seulement on ne choisit pas qui a survécu et qui n’a pas survécu. Je … Je ne veux pas ne pas être prête si je devais à nouveau leur faire face.

Faisant tourner le liquide alcoolisé dans son verre, Lara finit par relever son regard dans celui de son ami, curieuse mais aussi un peu méfiante vis à vis de ses projets. Elle souhaitait être sûre de ses objectifs.

Que comptes-tu faire au juste ?

_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyJeu 11 Avr - 18:38


Elle va accepter.

Les doubles négations de Kahlan m’indiquaient que son inconscient avait déjà pris une décision que sa conscience peinait encore à digérer.
Il me suffisait de continuer à présenter la vérité sous un jour favorable. Éviter de lui balancer les plus sanglantes de mes actions à la gueule. Je n’allais pas lui mentir, mais ses oreilles avaient perdu l’habitude des cris de douleur qui berçaient mon quotidien. Lorsqu’elle aurait trempé un orteil dans le bain souillé de sang et de boue qu’était ma vie, elle en tolèrerait peu à peu davantage.

J’ai allumé une cigarette. Un autre vice que Kahlan ne possédait pas. J’avais donc bien réagi en planquant ma dope.
Au moins, elle ne crachait pas sur l’alcool de mon cocktail. Il y avait toujours un terrain commun, un moyen de s’entendre.

Un cercle de fumée s’échappa de ma bouche, s’étirant au fil de son élévation.
J’avais toujours été doué pour ce genre de conneries. On formait les émissaires pour ça : s’adapter, s’intégrer parmi des peuples étrangers, savoir faire le mariole pour attirer la sympathie de son environnement.
In fine, le soldat Barnett m’avait appris à jouer avec la fumée, sur un navire de transport au large du Japon. C’était quelques semaines avant de finir en passoire sur les côtes chinoises.

J’ai pris mon temps, recentré mon regard sur mon invitée.

— Je suis content que tu réfléchisses sérieusement à ton avenir. Si tu ne prends pas ta vie en main, d’autres le feront à ta place. Et tu es bien placée pour savoir que c’est rarement dans ton intérêt.

Comme le père de Kahlan avait géré sa vie jusqu’à son mariage arrangé. Profité d’elle jusqu’au bout. La société atlante fonctionnait selon la loi du plus fort et cette mauviette se défoulait sur ses gosses, les seuls qu’il avait les couilles d’affronter.
J’avais dû quitter l’Atlantide bien avant la célébration, mais je n’aurais pas fini entre les cuisses de Kahlan si cette union l’avait réjouie. Elle ne m’avait jamais parlé de son mari depuis nos retrouvailles ; je ne lui posais aucune question à ce sujet. Soit elle dissimulait son chagrin avec une rare dignité, soit elle n’avait connu ni l’amour ni le bonheur à ses côtés.

Reste concentré, Alcide.

Nous nous étions aidés mutuellement à l’époque, nous pouvions faire de même aujourd’hui. Sur ce point, j’étais totalement sincère.

— Tu connais les grandes lignes de mon histoire, Kahlan. Tu sais que j’étais un émissaire et un combattant. Je cherche d’abord à trouver des alliés parmi les différents peuples pour livrer cette bataille d’une ampleur inédite. Unir nos forces est le seul moyen de remporter la victoire contre les vrais responsables des catastrophes planétaires, de trois putains de génocides et de guerres à répétition. Cela justifie des moyens radicaux, mais ciblés.

Je m’arrêtais un instant pour souligner les enjeux du combat que je livrais.
Ma première motivation fut de venger la mort de mon fils, des proches auxquels je tenais, de mon peuple. Mon héritage Keranos et six ans de combats au sein de l’armée européenne m’avaient permis de changer de perspective, d’inscrire ma vendetta personnelle à l’aune des événements mondiaux.

— Concrètement, je souhaite interroger et éliminer les fils de putes au pouvoir depuis les années 2040. Les pourritures qui connaissent le détail des opérations, qui ont commandité morts et destructions au mépris de leurs populations.

Je tirais sur ma clope, songeant à l’incompétence du Sénat atlante, au refus des souveraines valkyries et amazones de nous aider. À l’officier supérieur qui avait planifié un débarquement calamiteux sur la côte chinoise où mes frères d’armes avaient péri. Tous peuples confondus, aucune instance dirigeante n’avait été à la hauteur des événements.
Les membres du gouvernement européen, en revanche, furent les seuls à s’en sortir indemnes. Malgré les scandales qui s’accumulaient, ces salopards continuaient à péter dans la soie et tirer les ficelles en se foutant de nos gueules.
Ce qui m’amena au plus médiatique de leurs détracteurs :

— Il y a aussi une piste à creuser du côté de ce criminel recherché, l’Ogre. Son groupe a dérobé des informations au savant qui a failli tout révéler au public. Si on parvient à retrouver sa trace, nous pourrons négocier une copie des données ou les récupérer par la  force.

J’ignorais les réelles intentions de l’Ogre et sa bande, mais nous avions au moins une cible commune. Allié potentiel ? Rivalité inconciliable ? Neutralité bénéfique aux deux parties ? Impossible de me situer sans une rencontre.

— Mais la priorité absolue est de nous procurer les artefacts divins. Le Ragnarok des Valkyries, les démons du Tartare, le Deucalion des Amazons… il y a des forces supérieures à l’œuvre derrière ces massacres. Des forces qui nous balaieront, sans armes appropriées pour les combattre. D’après mes contacts, un des nôtres a récupéré un objet de grand pouvoir après le naufrage de l’ESS Ney. Probablement une relique, qu’il cherche à le vendre au plus offrant. C’est ma première piste sérieuse en sept ans ; je ne peux pas la laisser refroidir. Si un malade avec un peu de jugeote se l’approprie et maîtrise son pouvoir, ton attaque du centre commercial aura l’air d’un spectacle pour enfants par rapport à ce qui va nous tomber sur la gueule.

J’ai écrasé mon reste de cigarette sur la table. Porté un regard attentif sur Kahlan.
Il était temps que ma sirène se mouille.

— Tu comptes te joindre à nous, ou continuer à rester spectatrice ?

_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptySam 13 Avr - 7:30

2 Avril 2050

La présence de la cigarette ne la dérangeait pas. Si elle n’était pas habituée à son contact lorsqu’elle vivait en Atlantide pour des raisons évidentes, le commun des mortels était nombreux à prendre ce genre de drogues. La brune n’avait jamais essayé et à vrai dire, ça ne l’intéressait pas. Les autres faisaient bien ce qu’ils voulaient, cela ne l’empêcherait pas de s’inquiéter dans son coin pour ceux qui lui étaient proches et qui prendraient ce genre de choses. Mais elle n’avait jamais été du genre à faire la morale. Après tout, elle-même appréciait particulièrement l’alcool, que cela soit les choses un peu fortes comme celui d’Alcide ou tout ce qui était un peu pétillant. Elle voyait son interlocuteur s’amuser à faire des cercles avec la fumée de sa cigarette tandis qu’elle hésitait à boire encore et encore. Pourrait-elle oublier cette humiliation de plus qu’elle avait vécu ce soir ? Si elle avait gagné le combat, c’était à la déloyale et son adversaire l’avait tout de même bien amoché. Certes, il était armé et pas elle mais ce point là n’effleura même pas l’esprit de la jeune femme. Concentrée sur ses pensées autant que sur son interlocuteur, elle ne voyait que l’essentiel. Un simple humain avait failli avoir raison d’elle. Qu’en serait-il si son époux lui faisait face demain ? Il ne ferait qu’une bouchée d’elle, peut-être même qu’il irait jusqu’à prendre sa vie définitivement pour ce qu’elle avait fait, pour la fuite lâche qu’elle avait eu. Personne ne serait là pour l’aider, personne n’avait à s’emmêler, surtout pas Anastasy et pas Alcide non plus. Elle était seule dans ce combat et l’Atlante devait trouver une solution à cette situation. Elle ne voulait plus vivre dans la peur, la crainte de tout perdre, d’être à nouveau un défouloir pour un autre.

Son ami la surprit en parlant de la sorte. Oui elle y réfléchissait sérieusement, faute d’autres choix principalement. Ce qu’il disait était fondé, on avait déjà dicté sa vie par le passé et savoir se défendre serait une manière de pouvoir prendre les commandes. Mais si la brune ne doutait pas que son mari soit capable de tuer, serait-elle capable de passer le cap, le moment venu, si cela était nécessaire ? Finalement elle acquiesça de la tête, se retenant de rajouter qu’elle le savait que trop bien selon toute sa vie en Atlantide, du début à la fin. Revoir Alcide ne cessait de lui faire comprendre qu’elle pourrait se retrouver face à lui tôt ou tard. Oserait-elle dire à l’un comme à l’autre un jour que l’homme qui lui faisait face était le premier à l’avoir touché ? Evidemment que non, ça mettrait l’émissaire dans l’embarras encore plus, lui donnant une position inconfortable par rapport à l’un des leurs.

Ce dernier lui parla alors d’alliés qu’il recrutait au sein des différents peuples pour livrer une bataille. Kahlan n’était pas taillée pour être un soldat. Le fait même qu’elle se demande si elle serait capable de tuer n’ouvrait pas franchement cette possibilité à la jeune femme. Le beau brun enchaîna sur ses projets, sur son envie de vengeance. Contrairement à Aurora, il ne voulait pas décimer la population humaine, il ne visait que les responsables de toutes ses guerres et ses morts. Elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, son objectif semblait mûrement réfléchi et plutôt logique. Si Lara n’était pas pour la guerre et les morts, elle commençait à se dire que s’ils étaient réellement la source du problème, il n’y aurait peut être plus ou en tout cas moins de violence sur cette Terre après leur disparition.

Pourquoi penses-tu que les humains seraient responsables de la disparition des Amazones ?

Ces dernières pensaient que l’élimination de leur peuple était dûe à une source divine. Anastasy lui en avait déjà parlé quelque fois. Pourquoi donc le jeune homme pensait-il que cela était dû à de simples humains ? Leur puissance n’était plus à prouver vu le carnage qu’ils avaient fait en Atlantide. Mais plus Alcide poursuivait et plus la brune se posait des questions. Elle avait l’impression, dans ses paroles, qu’il impliquait aussi les humains dans les populations concernées. Il est vrai qu’elle avait compris, en s’exposant involontairement à un écrivain, que les hommes s’étaient fait la guerre pendant de nombreuses années. Au fur et à mesure que son interlocuteur parlait, semblant déverser une rage bouillonnante à l’intérieur de lui, la jeune femme continuait de boire un peu, de temps en temps, sentant le bienfait de la solution saline sur son corps et le bienfait imaginaire de l’alcool sur son esprit. Alors qu’il fit une pause, tirant sur sa clope, Kahlan se reservit une nouvelle fois. Même si leur organisme résistait bien à l’alcool, elle en sentait tout de même les effets et après cette soirée catastrophique, cela lui faisait du bien. Il enchaîna avec l’Ogre puis les artefacts divins. Il avait peur que celles-ci tombent entre de mauvaises mains. Et pourtant, Lara était persuadée qu’un humain comme un Atlante ou une Valkyrie ne pourrait s’en saisir.

Je croyais que personne excepté les Amazones ne pouvaient contrôler ces armes divines ?

Portant son verre à ses lèvres, alors que Alcide changea son regard pour devenir plus attentif et insistant, la question qu’elle se posait depuis déjà un moment sortit de la bouche de son interlocuteur. L’Atlante n’arrivait pas à se décider. Elle n’était pas de nature mauvaise ou agressive contrairement à la majorité de ses semblables. La brune voulait savoir se défendre pour faire face à son mari ou son père, si l’un d’eux refaisait surface. Elle avait tout de même envie de venger la mort non méritée de son voisin et d’autres Atlantes qui ne lui avaient jamais rien fait et qui n’avaient simplement pas eu le choix face à ce bombardement horrible de la part des humains. Mais n’allait-elle pas être un fardeau, au vue de ses capacités ?

Je ne serais qu’un fardeau pour vous Alcide. Regarde dans quel état cet humain a réussi à me mettre. Je commence à me dire que je n’aurais jamais dû venir te trouver, que c’est de Aurora que tu as besoin pour mener ta guerre. Tu n’as pas besoin d’une incapable dont trop d’hommes ont pu faire ce qu’ils voulaient jusqu’à présent, Atlantes comme humains vu ce soir.

Elle ne s’était pas laissée faire face à l’humain qu’elle avait eu pour adversaire. Pour autant, elle était tout de même ressortie dans un sale état. Face à son père ou son époux lors d’un duel, la brune ne serait probablement pas capable de se défendre.

Je ne voudrais pas que l’espèce humaine disparaît, certains n’ont rien à voir avec ce qu’il nous est arrivé. Mais je ne peux pas dire que ça m’embêterait qu’il arrive quelque chose aux responsables. Suis-je capable pour autant de moi-même venger les nôtres ? Je n’en suis pas certaine Alcide. Je retourne cette question dans tous les sens depuis des mois. Mais je n’arrive pas à y trouver une réponse définitive. Désolée je n’aurais pas dû t’importuner.

Sur ses mots, Kahlan termina son verre et se leva, se dirigeant vers la pièce où elle avait posé ses vêtements afin de les enfiler de nouveau pour rentrer à la nage au port. Cette soirée avait mal commencé et finalement, peut-être allait-elle mal finir aussi.

_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptySam 13 Avr - 19:20


Kahlan semblait croire que j’imputais aux Humains le génocide des Amazones.
J’avais envie de lui répondre qu’un ennemi plus vorace encore les avait simplement devancés. Une part de moi songeait également que ces connasses avaient subi le sort qu’elles méritaient, après leur refus de nous porter secours. Mais en définitive, on en revenait toujours au même point : des masses sacrifiées à cause d’une bande de guignols incompétente.
Les saloperies qui cherchaient à nous éliminer derrière ce tableau sanglant avaient réussi à nous désunir. En tant qu’émissaire ayant failli à ma tâche, j’en endossais une part de responsabilité.
Mais si les ennemis de la Terre et des Mers dissimulaient des nerfs sous leurs sombres carapaces, alors je trouverais un moyen de les atteindre, de les tordre, de les déchiqueter jusqu’à ce qu’ils crèvent. De leur faire bouffer leurs couilles ou leurs ovaires pour m’assurer qu’ils n’engendrent aucune descendance.
Pour l’heure, je me gardais d’énoncer ces détails à Kahlan.

— Je ne crois pas les Humains impliqués, pour les Amazones. Pas directement, en tout cas. Les « vrais responsables » dont je parle ne se limitent pas aux Humains. Thermodon est le cas le plus nébuleux, mais la destruction de notre Atlantide, par exemple, a commencé bien avant la saleté atomique des Humains.
Quelqu’un de chez nous, un ou une Atlante, a ouvert les portes du Tartare. Qui ? Et pour quelle putain de raison ? Comment s’y est-il pris ? Avec quelle complicité ? Sous les ordres ou l’influence de qui ? Est-ce un hasard si Perdiccas est le seul consul encore en vie ? Quelle puissance supérieure contrôlait les démons qui ont assailli notre cité ? S’agit-il des mêmes qui ont saccagé Thermodon ? Je suis sûr que tout est lié, mais on manque de pièces pour reconstituer le puzzle.


Kahlan enchaînait les verres pendant que je faisais le con avec mes ronds de fumée.
Mon esprit opportuniste songea aux manières dont je pourrais abuser de la situation quand l’alcool débriderait ses résistances.

Putain, Alcide, arrête. Pas avec Kahlan.

Elle interrompit mes viles réflexions avec une question sur les armes divines, forgées par les dieux.

— Il y a d’autres objets de pouvoir que les quatre armes divines. Armes dont les survivantes des quatre tribus amazones restent les gardiennes légitimes, d’où la nécessité d’unir nos forces. Les Valkyries protégeaient un lot de pierres d’âme dans leur sanctuaire ; on ignore ce qu’elles sont devenues. L’explosion nucléaire a dû les détruire, puisque les Valkyries ne ressentent plus la présence de leurs divinités. Mais peut-on en être sûrs ? Par ailleurs, combien d’autres artefacts sont disséminés à travers le monde ? Qui peut les contrôler ? Les légendes rapportent que ceux qui maîtriseront leur pouvoir, domineront le monde entier.
De façon plus concrète, des phénomènes inexpliqués entourent le naufrage de l’ESS Ney. Et à ma connaissance, les Amazones n’y sont pour rien.


Kahlan m’a resservi son discours de boulet inutile. Il fallait vraiment voir au-delà des apparences pour deviner le potentiel de cette femme. Bordel, même moi, elle commençait à me gonfler les couilles à force de geindre.
Un foutu sentiment de nostalgie me soufflait également de la prendre dans mes bras. De la prendre tout court. Afin de ramener son corps atone à la vie, de réveiller ses énergies atlantes, de l’affranchir des limites qu’elle s’était fixées. De lui montrer de la plus belle et concrète des manières que je pouvais l’aider à s’épanouir. Kahlan me gonflait aussi les couilles à cause de ça.

Elle a terminé son verre et s’est levée soudainement.

Je me suis levé à mon tour et lui ai aussitôt attrapé le bras. Kahlan m’a regardé et j’imaginais très bien ce qu’elle voyait : des pupilles dilatées, l’expression un peu conne du type qui a agi par réflexe et doit se justifier.
Mon geste était certes spontané, mais je n’avais aucune intention de me perdre en palabres inutiles.

— Écoute-moi bien, Kahlan, je te le redis pour la dernière fois : TU. N’ES. PAS. UN. PUTAIN. DE. FARDEAU. Sors-moi encore une fois ce discours de merde, et je considèrerai que tu m’accuses d’être un putain d’enfoiré de menteur. Je mens tous les jours, ça fait partie de mon boulot. Mais pas quand je te regarde dans les yeux ou que je te retiens le bras.

Bras que je relâchais. Je n’avais pas serré ma prise, mais je savais comment son corps réagissait à la coercition.

J’ai posé une main sur la cuisse de Kahlan, caressé du pouce le relief de sa belle entaille.

— Tu es une Atlante. À ta place, une Humaine aurait sans doute claqué avant l’arrivée des secours. À minima elle végèterait sur un foutu lit d’hôpital, à chier dans un bac. Toi, tu t’en es sortie sans l’aide de personne ; tu as nagé trois fois plus vite qu’une de leurs minables championnes olympiques et tu es venue à moi. Tu es venue à moi car tu sais que mon soutien t’est acquis et que je peux te rendre plus forte.

Ma main a quitté la cuisse de Kahlan pour se glisser sous le t-shirt, à l’endroit de sa blessure au ventre. Il était plus chaud que je l’imaginais ; son contact réveilla de vieux souvenirs que je luttais pour garder enfouis.

— Ces blessures sont des leçons, une chance à saisir, une opportunité de progrès. Tu ne seras jamais une machine de guerre comme moi, ce n’est pas dans ta vocation. Mais tu peux devenir plus – beaucoup plus. Tu possèdes en outre des qualités qui font défaut aux hommes comme moi. La diversité, Kahlan, est une force au sein d’un groupe. L’esprit de cohésion plus important que la somme de nos muscles. Lorsque j’ai besoin de soldats bêtes et disciplinés, j’embauche des mercenaires. Ils savent manier les armes modernes et sont remplaçables.

Elle a évoqué Aurora. Son exact opposé, la cinglée que j’avais rencontrée et butée quelque temps auparavant.
J’aurais pu la citer comme exemple de guerrière inadaptée au monde de la Surface, un vrai boulet que nous aurions traîné au pied si je lui avais laissé la vie sauve. Un esprit malade, un danger pour nous tous.
Je ne prononçai pas son nom afin de nous épargner un mensonge. Je sentais que nous nous trouvions à un moment critique et tel que je connaissais Kahlan, elle se braquerait si je lui rapportais les faits.

Ma main s’est attardée sur sa peau plus longtemps que nécessaire. Plus vagabonde qu’elle n’aurait dû. Mes yeux accompagnaient cette redécouverte avec une passion ressuscitée.

Putain, Alcide, déconne pas.

J’ai mis un terme à cette intrusion après un soupir.
Mon regard s’est reporté sur le sien. S’en est emparé. Il fallait que je trouve une connerie à dire pour meubler le silence, un de mes rares sourires en prime.

— Tu ne vas quand même pas partir sans m’aider à finir cette bouteille ?

_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptySam 13 Avr - 20:58

2 Avril 2050

Alcide se mit à lui expliquer plus en détails son raisonnement. Evidemment, la jeune femme avait mal compris. Mais surtout, toute la réflexion qu’il avait poussé semblait bien réelle. Les portes du Tartare ne s’étaient pas ouvertes comme par magie, pas après si longtemps. C’était le devoir des Atlantes et de l’Atlantide de conserver cette menace loin de tous. Pourquoi l’un d’entre eux aurait-il cherché à l’ouvrir ? Qu’avait-il à y gagner ? Mais surtout comment il s’y était pris ? Il était impossible d’approcher la porte sans être repéré. S’agissait-il donc d’un des gardes de la porte ? Même si c’était le cas, cette dernière n’était pas gardée par une unique personne, pas avec l’importance et l’enjeu qu’elle représentait. Cela voulait-il dire qu’il s’agissait de tout un groupe ? Qu’auraient-ils retiré de l’ouverture des portes ? La remarque de son ami provoqua tellement de questions chez la brune qu’elle ne s’était jamais posée auparavant n’ayant pas réfléchi autant que lui à la question de toute évidence. Mais maintenant qu’il mettait le doigt dessus, cela devenait une évidence aux yeux de Kahlan.

Si on manque clairement d’éléments, tu as tout de même déjà beaucoup réfléchi à la question. Ta réflexion est tellement logique. Mais pour accéder aux portes sans que la garde ne soit avertie, il aurait fallu que les personnes responsables de cette immonde acte soient plusieurs, et fassent potentiellement parties de cette même garde. C’est incompréhensible ...

Et pourtant, elle était incapable de dire au beau brun qu’il avait tort. Son raisonnement se tenait du début à la fin. Effectivement, les démons qui s’étaient déchaînés pouvaient être menés par une force supérieure, potentiellement la même qui avait attaqué les Amazones. L’Atlante eut un pincement au coeur à cette idée, songeant à Anastasy qui n’arrivait toujours pas à comprendre ce qu’il était advenu de son peuple, n’ayant pu que retrouver les dernières rescapées et les prendre sous son aile. Alcide était intelligent, il avait déjà grandement réfléchi à toute la situation et tous les points importants à ne pas écarter. Lara était déjà persuadée par le fait que les Amazones, les Valkyries et les Atlantes devaient se soutenir et s’épauler, peu importe ce qu’il était arrivé par le passé. Elle acquiesça simplement de la tête à son explication suivante. Cela faisait beaucoup d’informations et elle ne pouvait être en désaccord avec tout ça. Mais cela n’enlevait pas l’inutilité dont elle faisait preuve au milieu de tout cela.  La jeune femme ne put s’empêcher de le dire à son ami, elle voulait lui faire comprendre qu’il jouait avec le feu, qu’il prenait un gros risque en comptant sur elle. Il était temps qu’elle rentre, à vrai dire, elle n’aurait jamais dû venir. Si le beau brun la soutenait, cela n’était qu’en souvenir du bon vieux temps. Et pourtant, à peine levée, c’était sa main posée sur son bras, qui était en train de la retenir, alors qu’il s’était levé pour lui faire face. Ses mots étaient bruts, elle était en train de lui faire atteindre sa limite, chose qu’elle n’aimait pas faire. La brune voulait encore moins le voir comme un menteur, pas lui. Elle ne pouvait compter que sur trop peu de personnes, elle n’avait pas le droit de le décevoir ainsi. Ce bref contact prit fin et étonnamment, elle eut l’impression qu’un poids s’était ôté de ses épaules.

Etait-ce dû au contact entre eux ? Kahlan était persuadée qu’il ne lui ferait pas de mal, qu’il n’était pas comme son père ou son mari. Ce poids, cet étouffement s’empara de nouveau d’elle lorsqu’il vint poser sa main sur sa cuisse, caressant l’entaille qui avait déjà un minimum cicatrisée. Elle avait l’impression que son regard la transperçait alors qu’elle réalisait que ce poids qu’elle ressentait n’était pas celui de la crainte mais celui des souvenirs. Ces contacts entre eux semblaient éveiller dans son corps les sensations du passé commun lointain. Son regard s’écarquilla un peu sous l’aveu de pouvoir la rendre plus forte. Alors il était prêt à le faire pour elle ? Son ami était-il réellement prêt à se donner du mal pour l’aider sur ce point ? Oui elle comptait sur son soutien, même si elle ne devrait pas vu le boulet qu’elle était. Mais son besoin d’être à proximité de gens avec qui elle se sentait bien était trop fort. Sa main quitta la cuisse de la belle, effleurant sa peau jusque sous le tee-shirt, à hauteur de sa seconde blessure. Pourquoi son corps vibrait-il de cette façon ? Cette unique nuit était si loin et pourtant, à la façon dont son corps s’éveillait à ce simple contact, elle aurait pu croire que cela remontait à la veille. Quelques images remontèrent à la surface. Ca n’était absolument pas le moment, ça ne serait jamais le moment. Tout cela était loin derrière eux. Le regard de la belle était encore un peu hésitant, peut-être bien plus à cause des gestes d’Alcide que de ses paroles. C’était ce qu’elle voulait. Même si elle n’avait cessé de reculer le verdict, songeant que le mieux serait de s’entraîne avec Kethryn alors que celle-ci manquait cruellement de temps, elle avait déjà décidé qu’elle voulait être prête à se défendre, à défendre ses proches, à faire proche aux fantômes du passé. Puis d’un coup un soupir, sa main qui s’éloigne, son attitude toute entière qui changeait, l’Atlante avait un don pour la déboussoler. Il eut le mérite toutefois de faire apparaître un petit sourire sur son visage.

S’il n’y a que ça.

Ils reprirent chacun leur place, laissant la table s’immiscer entre eux pour leur plus grand bien ou leur plus grand malheur. Kahlan sentit une légère frustration pointer le bout de son nez. A croire que si elle se moquait bien de ce genre de choses de base, son corps lui n’était pas de son avis et se rappelait parfaitement de cette unique nuit dans les bras de son ex-amant. Se reservant un verre, elle reservit aussi son interlocuteur avant de boire une bonne gorgée et de le regarder droit dans les yeux, malgré une faible hésitation persistante.

Alors tu es prêt à m’aider à m’entraîner ? Je ne veux faire prendre de risques à personne à cause de mon manque de savoir au combat. Mais surtout … Je veux pouvoir leur tenir tête si je devais les recroiser.

La jeune femme avait baissé à nouveau son regard sur son verre, songeant à son père et son mari qui pourraient pointer le bout de leur nez à tout instant s’ils avaient survécu. Cette idée lui donnait des frissons désagréables, lui donnait envie de hurler et de déchaîner une furie qui n’était qu’intérieure. Kahlan restait fidèle à elle-même, relativement calme. Et pourtant, elle en avait envie. C’est pourquoi elle releva la tête pour boire le reste de son verre avant de regarder le beau brun dans les yeux avec un peu plus de détermination.

Fais en sorte que je ne puisse plus jamais dire que je suis un fardeau et laisse moi t’aider dans tes recherches pour comprendre ce qui est arrivé à notre cité s’il te plait.

_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyDim 14 Avr - 19:23


Je voyais à l’expression de Kahlan que mes explications trouvaient un écho dans son esprit.
Durant ma longue formation d’émissaire on m’avait enseigné l’histoire, la culture des peuples étrangers. Je les côtoyais depuis un quart de siècle et vivais parmi les Humains depuis plus longtemps que n’importe quel Atlante.
Cela expliquait ma capacité – rare chez un membre de notre peuple – à relier les informations, à échafauder une synthèse cohérente des événements. Pourtant je ne possédais que des bribes de réponses, des miettes au goût fade que dédaigneraient ces saloperies de pigeons qui chiaient partout, y compris sur mon bateau.
J’avais besoin d’alliés supplémentaires pour découvrir la vérité, assouvir ma vengeance et offrir un putain d’avenir à cette planète. Le désir de vivre était aussi ancré dans mes gènes que la rage de combattre. Je désirais profiter de ses plaisirs, de chaque seconde qu’elle avait à offrir et rendre mon dernier soupir sans aucun regret.

Profiter. C’était le dilemme auquel j’étais confronté face à Kahlan. Une Atlante bien roulée, à peine vêtue, dont j’avais déjà goûté l’intimité et que je sentais s’électriser sous mes doigts.

Putain, tu ne facilites pas les choses, Kahlan.

Une baffe, un geste de repli de sa part aurait suffi à réfréner mes ardeurs pour toujours.
À présent je me sentais tiraillé entre mes désirs et mes scrupules. Avec ma volonté pour seule barrière.

Une volonté suffisante pour me détourner de la tentation.
Peut-être l’invitai-je à finir la bouteille pour l’amenuiser. Rompre les digues mentales qui retenaient l’ardeur de mon corps. Mon esprit était assez retors pour se piéger lui-même.

Eh non, il n’y a pas que cette bouteille, Kahlan. Je suis sûr que tu l’as senti, toi aussi.

Elle prit l’initiative de nous resservir un verre et j’ai aussitôt déversé son contenu dans ma gorge assoiffée. Les effets de la meth ne se faisaient plus sentir, mais j’en subissais à présent les conséquences. La soif, le besoin de soumettre mon corps à un autre cocktail de substances chimiques.
J’étais un putain de drogué. Mon organisme atlante me protégeait des formes sévères d’addictions, mais je ressentais un besoin accablant de sensations fortes.
Comme baiser une femme. Comme tordre le bras d’un connard – ou me faire tordre le bras par un connard aguerri. Comme planter la main d’un adversaire avec sa propre lame.

— Je t’assure que d’ici peu de temps, tu seras capable de mettre une branlée à n’importe quel fils de pute qui te cherchera des noises. Mais pour aller vite tu devras te fier à moi, accepter les épreuves que je te soumettrai. On n’a pas le temps pour les méthodes traditionnelles ;  la plupart sont de toute façon inadéquates à la Surface, surtout ici à Europolis.

J’ai soutenu son regard en silence pour lui signifier dans quoi elle s’embarquait.

Mon verre vide tournait entre mes doigts tandis que mon esprit peaufinait ma stratégie.
Une stratégie, pas un foutu programme d’entraînement militaire.
Kahlan ne partait pas de zéro, mais elle ne serait jamais une guerrière accomplie comme l’autre cinglée d’Aurora. Néanmoins je savais comment la hisser rapidement à un niveau correct, comment faire d’elle une combattante capable de gérer les salopards qu’on croisait à chaque coin de rue.

Elle ne paniquait pas. C’était une qualité que j’appréciais chez elle. Les hystériques me donnaient envie de fermer leur putain de clapet à coups de poing dans la gueule.

Elle vida son verre et m’annonça qu’elle se joignait à mon combat.

Enfin.

Un sourire est apparu sur mes lèvres.
Ce n’était pas du flan. Je le lisais dans son regard. Un regard qui manquait encore d’assurance, comme un Atlante résolu à entreprendre la Grande Nage mais doutait de ses capacités à l’accomplir jusqu’au bout. Mais la base était forte, solide.
Il m’incombait à présent de l’épanouir.

J’ai soupiré d’aise.
Je me sentais plus léger, foutrement libre. Avec un début d’euphorie dans les vapeurs d’alcool que j’exhalais.

La bouteille était presque vide. J’ai rempli nos deux fonds de verre, levé le mien, coude posé sur la table. Attendu que ma sirène adopte la même posture.

— Trinquons à notre alliance et à ta nouvelle vie ! Car tu vas devenir une femme nouvelle, Kahlan.

Nos bras se sont croisés, nos visages se sont rapprochés, nos pupilles déjà dilatées se sont accrochées.
Chez les Keranos, on aimait cet ancien rituel qui succédait à un beau partenariat, plus intime qu’un simple accord.
Nous avons vidé nos verres en parfaite synchronicité. Nos avant-bras se touchaient encore, entremêlés dans une forme d’étreinte, suspendus dans le temps comme les verres entre nos doigts.
Les lèvres humides de Kahlan patientaient à un souffle des miennes, attisaient entre mes cuisses le feu que l’alcool avait nourri.

Je me sentais foutrement libre, et j’en avais marre de tourner autour du pot.

— À ce propos, tu ne m’as jamais dit comment se passe ta vie de femme à Europolis. Tu as quelqu’un pour te tenir chaud la nuit ? Tu fais l’amour de temps en temps, au moins ? (J’ai froncé les sourcils, avec le plus grand sérieux.) Pitié, ne me dis pas que tu utilises un de ces gadgets de Surfaciens qui vibrent quand on se les fourre dans un trou ou dans l’autre.

_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyDim 14 Avr - 21:42

2 Avril 2050

Si Kahlan avait immédiatement pensé à son amie lorsque l’Atlante l’avait retenu puis avait caressé ses blessures, c’était parce qu’elle avait la sensation étrange de faire une bêtise. A croire que sa tête et son corps n’étaient pas d’accord alors que son coeur ne savait quoi penser. Ses gestes éveillaient chez elle des souvenirs d’un passé lointain qu’elle pensait perdus à jamais. Depuis qu’elle avait retrouvé Alcide, la jeune femme s’était rendue compte de son changement d’attitude, de façon d’être. Cela ne la dérangeait pas outre mesure mais cela lui avait fait mal de se dire qu’elle avait perdu cet ami qui l’avait consolé le soir de ses vingt ans. Pour elle, en tant qu’ami de son frère, il ne l’avait jamais vu de la sorte. Elle avait plus vu cela comme un sacrifice pour l’apaiser, lui permettant une bien faible vengeance au passage. Mais vu le comportement de son mari par la suite, elle n’avait clairement pas regretté. Déjà que ce dernier ne s’en sortait pas franchement comme un champion lors de leurs ébats sexuels, le beau brun l’ayant habitué à mieux en une seule nuit. Mais elle avait surtout été marqué par ses coups, la violence de ces derniers. Rien que d’y repenser lui faisait froid dans le dos. Elle ne voulait plus jamais ressentir ça, être impuissante et ne pas pouvoir choisir sa voie d’elle-même.

Si finir cette bouteille faisait plaisir à son interlocuteur alors soit. Ce n’était qu’un faible sacrifice. Reprenant la place qui avait été la sienne un instant auparavant, elle leur servit à chacun et suivit le geste d’Alcide avec un peu plus d’hésitation. Si son alcool l’aidait physiquement, il lui faisait également du bien moralement. Cependant, elle avait aussi l’impression que son jugement était faussé par cette délicieuse drogue dans son corps. Il lui expliqua brièvement comment il envisageait la chose. A vrai dire, n’ayant qu’une base, Kahlan ne comptait pas contester quoi que ce soit. Elle ne pensait pas en avoir besoin en tout cas, voulant se remettre entièrement au jugement de son interlocuteur. Son regard était ferme et définitif. Mais la brune savait dans quoi elle s’engageait, elle savait qu’elle allait en baver mais cela ne pourrait être plus douloureux que les années qu’elle avait vécu cloîtrée dans une jolie maison à attendre son gentil mari et en espérant qu’il ne rentre pas ivre, une fois de plus. Enfin ivre, évidemment pour la condition Atlante, cela était particulièrement difficile. Mais alcoolisé avec un unique verre suffisait en soit à le déchaîner les soirs où monsieur rentrait déjà énervé. C’est pourquoi Lara accepta ses conditions. Il aurait bien plus de temps à lui accorder que Anastasy pour ses entraînements. Cela ne l’empêcherait pas d’aller voir l’Amazone de temps en temps pour affronter un autre adversaire. Elle ne pensait pas par contre que lui rajouter cette charge ferait plaisir à l’Atlante. Alcide affichait un sourire qui semblait annoncer une victoire qu’elle ne comprenait guère. Il sembla par la suite se détendre, comme si en acceptant son aide, la jeune femme lui avait appris une bonne nouvelle dont lui seul avait le secret. Pensait-il qu’elle allait lui tourner le dos ? Elle en serait bien incapable.

Le beau brun attrapa la bouteille et versa le fond dans leur deux verres. Puis il attrapa son verre et le leva, attendant qu’elle l’imite. Kahlan ne mit pas longtemps à réagir et se positionna comme lui sans savoir ce qu’il attendait exactement. Les humains avaient l’habitude de entrechoquer leur verre ensemble. Il parla d’une alliance mais surtout de sa nouvelle vie où elle conserverait sa liberté par ses propres moyens, grâce à lui. C’est alors qu’il enroula son bras autour du sien, créant un contact auquel la jeune femme ne s’attendait pas. Comme ses mains, son bras était chaud contre sa peau. Dans cette position, elle fut obligée de se rapprocher pour boire, sentant le souffle chaud d’Alcide sur son visage, tout comme il devait sentir le sien. Suivant son geste, elle descendit son verre d’une traite en même temps que lui puis il y eu un moment de flottement, un laps de temps durant lequel son coeur se mit à battre un peu plus vite. A quoi jouait-il ? Dans cette même position, avec cette même proximité qui la mettait un temps soit peu mal à l’aise, ne sachant réellement où tout cela allait les mener, l’Atlante lui demanda ce qu’il en était de sa vie à Europolis, de sa vie intime. Les yeux de la belle s’écarquillèrent sur la surprise de la question. Son regard plongé dans le sien, elle n’avait pas vraiment d’échappatoire face à ce regard à la fois sérieux et curieux. A croire qu’il cherchait à lire en elle.

Hum comment te dire ...

Regrettant qu’il n’y ait pas autre chose à boire pour faire passer la sécheresse soudaine de sa gorge, la jeune femme ne s’attendait pas à un tel revirement de situation. Pourquoi diable s’intéressait-il à sa vie sexuelle ? Avait-il ressenti la même chose qu’elle lorsqu’ils avaient eu cette proximité et qu’il lui avait caressé la cuisse puis le ventre ? Trop de questions traversaient l’esprit de Kahlan. Finalement, ce fut l’alcool dans son sang qui dicta sa réponse bien plus étendue que ce qu’elle aurait sûrement dit habituellement.

Je n’utilise pas de gadgets Alcide, si ça peut te rassurer. J’ai eu que deux hommes le temps d’une nuit depuis que je suis à Europolis. Mon mari ne m’a pas … donné envie de ce genre de choses. Et cela va sûrement te décevoir, mais je songeais à profiter dans les bras d’une femme dernièrement même si rien n’a eu lieu pour le moment.

Délaissant le regard du beau brun pour observer son verre cruellement vide, Lara ajouta :

Je ne sais même pas pourquoi on parle de ça. Tu m’expliques pourquoi tu me poses ces questions ? Voudrais-tu que je te rende la pareille pour la dernière fois ?

Oui la brune se sentait redevable. C’était elle qu’on avait offert en mariage telle une marchandise et c’était lui qui l’avait consolé, prenant grand soin d’elle le temps d’une nuit. Elle avait été assez sérieuse en disant tout cela. Kahlan voulait savoir ce qu’il se passait dans la tête de son ami. Et comme l’alcool aidait à délier les langues et à faire tomber les barrières, les filtres qui habituellement permettaient de ne pas faire ou dire de bêtises, elle voulait savoir. Elle releva finalement son regard vers lui, attendant son verdict, sentant toujours la chaleur de sa peau contre la sienne qui commençait à générer quelques frissons qui ne devraient pas avoir lieu.

_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyMar 16 Avr - 21:43


Dans la plupart des cultures, les émissaires sont associés à l’éloquence, à l’intelligence, à la ruse, à la finesse et au fameux « tact diplomatique ». Je collais plutôt bien au profil durant la période où Kahlan et moi nous fréquentions, bien que les Keranos décriaient mon impétuosité et un bellicisme exacerbé. Je confrontais toujours mes capacités à celles des autres, cherchais à établir un rapport de force au  moyen d’un combat sans fard.

Depuis lors mon oncle avait organisé ma fin avec la complicité de ma femme, laquelle chargeait de haine envers son père la tête de notre fils. Le Sénat m’avait condamné pour avoir défendu ma peau et mon honneur. Mon peuple m’avait lynché pour une négociation perdue d’avance. J’avais combattu six ans dans la boue auprès des Humains et passé plusieurs années dans les bas-fonds squalides d’Europolis.

J’étais le premier à reconnaître que ce parcours chaotique m’avait rendu peu fréquentable aux yeux des bienséants – les salopards qui ne valaient pas mieux que les autres derrière leurs grands airs et leurs fringues haute couture de mes deux.

Kahlan venait d’avoir un avant-goût du « tact alcidien », ce qui ne manqua pas de la décontenancer. Si elle me voyait traiter avec la fange d’Europolis…
Au moins, elle ne m’a pas jeté le contenu de son verre à la figure ou sorti un numéro de pimbêche coincée du cul. Ça tenait peut-être à son verre tristement vide, à croire que j’avais inconsciemment calculé mon coup.
De toute façon, une belle femme comme Khalan qui vend de la lingerie au cœur du plus grand centre commercial d’Europolis, ça devait en entendre des vertes et des pas mûres. Des histoires salaces à arrêter le palpitant des grabataires dans leur mouroir. (Une belle façon de quitter ce monde avec le sourire.)

Le bilan comptable de ma sirène ne m’intéressait pas plus que ça. Mais quand même, seulement deux baises en six ans ?
Je lui fis de grands yeux, incapable de concevoir une si faible activité sexuelle. Puis mes sourcils se froncèrent à la raison qu’elle me donna.

— Je me fiche que tu sois attirée par une femme. Au contraire : je t’encourage à franchir le pas. La vie est courte, on peut claquer à tout instant, comme ça. (J’ai claqué des doigts.) Nous les Atlantes sommes bien placés pour le savoir. Expérimente si tu en as envie, recommence si ça te plaît. (J’ai cherché le contact de ses doigts, joué à les croiser et les décroiser avec les miens, comme nous le faisions autrefois.) C’était quoi le problème avec ton mari ? Aucun amour entre vous ? Il s’y prenait mal dans vos rapports ? Il ne songeait qu’à son propre plaisir ?

Il n’y avait aucun mal à vouloir se vider les couilles, mais je savais que beaucoup d’hommes traitaient les femmes comme des sacs à foutre. Je cassais régulièrement la gueule à ce genre de connards, pour un contrat ou mon propre plaisir. « Le retour de bâton », ironisais-je souvent en leur écrasant la queue sous ma botte.

Kahlan ne répondit pas tout de suite. Son regard se perdit dans le fond de son verre.
Je ne l’aurais pas crue accro à la bibine, mais n’allais certainement pas m’en plaindre. Boire seul, c’est quand même bien chiant.
Quant à ses questions, elles me hérissèrent les poils.

J’ai délaissé sa main pour accompagner le mouvement de son menton qui se redressait.

— Putain, mais qu’est-ce que tu racontes ? Me rendre la pareille ? Tu crois qu’on a fait l’amour parce que j’avais pitié de toi ? Parce que tu étais une amie – la sœur d’un ami ? C’est vrai que ton destin pénible m’avait ému. Je ne le nie pas. En plus, mon propre mariage était le fruit d’un accord politique, une farce qui a vite dégénéré au cauchemar, comme tu le sais…
Bref, l’annonce de ton mariage arrangé a sans doute été l’élément déclencheur, mais il s’est vraiment passé quelque chose entre nous. Quelque chose de beau et authentique que je n’ai plus jamais connu, et que je ne connaîtrai plus jamais.


J’ai caressé la commissure de ses lèvres, sa joue.
Mes yeux n’étaient plus capables de pleurer. Pas sans une forte dose de MDMA. Mais ils devaient exprimer quelque chose ressemblant à de l’affection.

— On ne va pas s’amuser à compter les points, ça n’aurait aucun sens, mais tu m’as donné autant que je t’ai donné. Tu ne me dois rien. Absolument rien.

Par contre, j’avais bel et bien envie d’un corps à corps qui n’était pas sans lien avec son « entraînement ».

— Tu veux vraiment savoir pourquoi je te parle de tout ça ? Parce que je veux que tu sois heureuse, épanouie, bien dans ta peau. Tu m’as demandé de t’aider à ne plus te sentir comme un fardeau, ça passe aussi par la sexualité. Par la maîtrise de ton corps, des sensations qu’il procure. Par la confiance en ses capacités, en son pouvoir.
Je n’ai pas à te dicter qui, quand et comment tu dois baiser. Va retrouver la femme sur laquelle tu fantasmes si c’est ce dont tu as envie. Mais j’ai senti comment ton corps réagissait à mon contact. Je ressens la même chose.


J’ai glissé une main sous la table et l’ai posée sur sa cuisse. Celle qui portait une cicatrice.

— J’ai envie de toi, là, maintenant. Pas de la même façon que notre première et dernière fois ; l’homme qui t’a aimé jadis est mort et ne renaîtra jamais. Je peux t’apporter du plaisir, faire vibrer ton corps, mais je n’ai plus ce qu’il faut de lumière pour nourrir ton âme. Il me reste quand même assez d’intégrité pour m’abstenir, plutôt que te décevoir et gâcher ce qu’on a vécu.

_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyMer 17 Avr - 7:14

2 Avril 2050

Anastasy préoccupait pas mal ses pensées. Surtout depuis qu’elles avaient échangés un premier baiser. Etait-ce qu’elle voulait ? Là était la grande question. L’alcool et la présence d’une personne en qui elle avait confiance aidaient franchement à lui délier la langue. Il faut dire que la jeune femme se posait la question depuis un petit moment déjà et le fait de ne pas pouvoir voir son amie plus souvent ne l’aider pas à prendre une décision. Ce baiser, elle l’avait apprécié, il l’avait fait vibrer. Mais cela était-il suffisant pour engager une véritable relation ? L’Atlante comprenait mieux maintenant la crainte de la lieutenante d’aller plus loin avec elle. Et si cela se passait mal, qu’adviendrait-il de leur amitié ? Sauraient-elles passer outre pour continuer d’être amies ? A son grand étonnement, Alcide était encourageant dans ce sens. Il ne savait toutefois pas quelle relation elle entretenait déjà avec cette femme qui la tentait tant. Mais techniquement, il avait raison. La vie pouvait s’arrêter d’un moment à l’autre. Le contact de sa main venant prendre ses doigts pour les entrelacer comme à l’époque lui procura un frisson. Pourquoi son corps réagissait-il aussi facilement au moindre geste de sa part ? C’est alors qu’il lui demanda ce qu’il s’était passé avec son époux. Kahlan se raidit dans tout son corps. Impossible que cela lui échappe, surtout pas à lui. Le regard baissé, tout se mélangeait dans son esprit.

Son ami d’enfance avait changé. Il n’y avait aucun doute là dessus. La brune ne put s’empêcher de lui demander s’il voulait un juste retour des choses. Non pas que ça la dérangerait, pas pour lui. Lorsqu’elle sentit dans ses mots la surprise, elle eut presque l’impression de l’avoir vexé. Sa main qui vint caresser son visage pour le redresser, laissant alors son regard rejoindre le sien. Oui, tout ce qu’elle disait elle l’avait pensé au cours des dernières années. Seulement l’entendre lui dire qu’il y avait eu quelque chose, de son côté à lui, la choqua, la prit au dépourvu, accélérant les battements de son coeur ridiculement. Cela n’avait jamais été à sens unique mais cela n’aurait jamais plus lieu. Une lueur de déception, de défaite, apparut au fond des prunelles de Lara alors qu’il lui avouait qu’il ne connaitrait plus jamais ça. Il savait toujours avoir ses petits gestes pour elle. Si dans son langage et son attitude générale, le beau brun avait rudement changé, la jeune femme avait tout de même l’impression qu’une part de son amant d’une nuit était toujours là quelque part. Rêvait-elle éveillée tellement elle aurait aimé le retrouver ainsi ? C’était sûrement cela.

Alcide poursuivit, ne souhaitant pas compter les points, ne souhaitant pas savoir s’il avait vraiment donné plus ou pas parce que pour lui, elle lui avait donné tout autant. Puis il enchaîna, lui expliquant son désir de la voir heureuse et épanouie. Se rendait-il compte de sa contradiction ? Si elle n’avait été certaine de ce qu’elle voulait aujourd’hui vis à vis des différentes espèces avant qu’il ne la pousse à se décider, la brune savait que le plus grand gouffre de sa vie était dû à un manque d’attention, d’amour, peu importe sa forme. Elle se sentait constamment seule. Anastasy comblait ce manque et elle s’en contentait, parce qu’elle n’avait pas d’autres choix que d’accepter ses responsabilités et le temps que cela lui occupait. Puis un ultime aveu, celui auquel elle ne s’attendait absolument pas après ce qu’il avait dit précédemment. La surprise se lisait une fois de plus dans le regard de la belle ainsi que son incompréhension.

L’Atlante se contredisait tout seul sans s’en rendre compte. Il vint caresser sa cuisse blessée sous la table, la faisant frémir par ce nouveau contact, ce nouveau geste. Soit ce qu’il appelait de la baise correspondait clairement à ce qu’elle avait connu avec les deux humains, soit Alcide semblait se mentir à lui même. Peut-être portait-il des oeillères après tout ? La douceur de ses gestes comme du ton de sa voix ne collaient clairement pas avec la brutalité de ses mots. Une fois de plus, en toute honnêteté, il lui avoua son but, son envie, la même qu’il était en train de générer au creux de son ventre. Puis il y eut cette phrase, cette remarque sur son besoin de lumière. Qu’en savait-il au juste ? Kahlan ne put s’empêcher de baisser une fois de plus le regard, en proie à une réflexion intense. L’alcool était toujours présent dans son organisme qui travaillait déjà à son élimination la plus rapide et efficace. Pour autant, cela était suffisant pour lui délier la langue, un temps soit peu.

Que sais-tu de mon besoin de lumière, de chaleur ou d’amour au juste ? Tu es parti avant de pouvoir constater ce qu’était ma vie Alcide … Mon mari s’est révélé être le même que mon père, le sexe pour se vider les bourses comme tu dis en plus. Il lui est même arrivé de me frapper pendant parce qu’il n’arrivait pas à prendre son pied comme il le souhaitait. Alors que sais-tu de mes attentes ?

Relevant son regard vers lui, un regard profond, partagé, la jeune femme ne savait pas réellement comment gérer la situation présente. Elle en avait envie. Il avait éveillé en elle ses souvenirs du passé qu’ils avaient en commun et qui devaient être en tête des rares souvenirs heureux qu’elle avait eu en Atlantide. Seulement comme il le disait, et si céder à la tentation aujourd’hui la poussait demain à regretter par déception, parce qu’ils auraient gâché les moments qu’ils avaient déjà partagé. Sa main sur sa cuisse ne l’aidait en rien à réfléchir clairement tant elle représentait la tentation et le désir. Se balader avec uniquement un grand tee-shirt sur son bateau n’avait peut-être pas été la meilleure idée. Si ça se trouve, tout cela était sa faute à elle. Peut-être que c’était sa tenue qui avait provoqué Alcide en premier, qu’il l’avait tenté.

Tu veux m’ouvrir les yeux sur mon utilité, mes capacités. Te rends-tu compte de ta propre incohérence entre tes paroles et tes gestes ? Si tu as clairement changé, ça je ne peux le nier, j’ai tout de même l’impression que l’homme que j’ai connu il y a de nombreuses années est toujours là au fond de toi. Peut-être n’est-ce qu’une impression ou ma propre bêtise, mais j’ai quand même la sensation que l’homme que tu es devenu ne se serait pas tant inquiété pour ces deux blessures.

_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyMer 17 Avr - 18:47


J’ai senti la raideur dans ses doigts, la tension sur sa cuisse avant même qu’elle n’ouvre la bouche. Une ombre a traversé son regard doux avant qu’elle ne baisse les yeux. Sa beauté s’est flétrie comme une fleur accablée de sécheresse. Elle s’est rétractée et je savais que ça ne venait pas de moi.
Son mari. Son putain de mari.

Ma main a quitté ses doigts, des doigts fins et délicats qui avaient jadis caressé la surface de mon corps affuté. L’autre a délaissé sa cuisse pour former un poing vengeur.
Je me suis levé d’un geste.

— Enfoiré de fils de pute. (Mon poing s’est abattu sur la table.) J’aurais dû buter ce strobile avant de partir pour l’Afrique. (Mes lèvres se sont retroussées.) Avec ton salopard de père, mon oncle, ma femme et tous les enculés de leur espèce.

Mon pied s’est abattu sur ma vieille chaise en bois, la faisant voler en éclats. Une nuée d’échardes pénétra ma chair ; je les sentais à peine.

Comme d’habitude, j’arrivai trop tard. Il était trop tard quand j’ai tranché la tête de serpent de mon oncle. Trop tard quand j’ai voulu récupérer mon fils prisonnier des griffes de ma harpie de femme. Trop tard quand j’ai essayé de sauver notre foutue Atlantide.
Ma vie se résumait à une série d’occasions manquées, de retards fatidiques. C’est ce qu’il en coûtait d’avoir la main trop légère, de garder le glaive au fourreau en espérant que les choses s’arrangent d’elles-mêmes.
J’avais retenu la leçon. Ça n’arriverait plus.
Et j’imprimai dans mon esprit le nom du mari de Kahlan. En lettres de sang.


Kahlan souligna mes propres incohérences, le clivage entre la tendresse de mes gestes et la dureté de mes mots.
L’alcool n’agissait plus sur moi. À présent, c’était mon ancienne amante qui me saoulait avec ses conneries de lumière, de chaleur et d’amour.
Je ne pouvais même pas lui en vouloir : c’est moi qui l’avais lancée sur cette foutue trajectoire.

Putain de nostalgie.
Je voulais simplement baiser une belle Atlante et au final, je me suis baisé moi-même.

Je marchais de long en large tel un lion en cage. Prisonnier du merdier où je m’étais fourré, mais je pouvais encore montrer les crocs.

— Ne te berce pas d’illusions, Kahlan. Ma vie est simple : je traque, cogne, détruis, tue, fume, bois, plane, baise. Elle se limite à un cycle perpétuel de vengeance et de violence, entrecoupé des plaisirs que la vie peut m’offrir. Et je n’ai rien de plus à offrir au monde. Rien.

Kahlan s’était levée à son tour. J’ai fondu sur elle, passé un bras autour de sa taille.
Plus de fuite. Nos regards ont fusionné, dévoilé leur profondeur.

— Tu n’as jamais été comme les autres femmes atlantes. Et j’en avais déjà connu beaucoup, avant qu’on se rapproche. C’est peut-être ce qui m’a séduit chez toi : ta singularité. Tu n’avais pas le cran de poignarder ton père dans son sommeil, pourtant tu avais le courage de veiller sur ton frère et prendre des coups à sa place. Tu cherchais à t’extraire de la violence, pourtant tu es tombée dans les bras du plus belliqueux des Keranos. Tu paraissais faible et fragile de prime abord, mais tu encaissais sans te plaindre ou chercher à manipuler les autres. Toi aussi, t’es un putain de paradoxe.

Avec vigueur, mon bras a attiré son bassin contre le mien.

— Ce que tu sens, pressé contre toi, c’est le désir d’un homme dix fois plus brutal que ton salopard de mari. La différence, c’est que je ne suis pas une saleté de lâche. Je dirige ma violence sur ceux qui la méritent, ou qui représentent un danger. (J’ai jeté un coup d’œil par-dessus mon épaule, sur la chaise en miettes.) À quelques écarts près…

Ma main libre a délicatement replacé une mèche humide qui pendait devant son visage. Sa longue chevelure d’ébène aussi, m’avait séduit à l’époque. Aujourd’hui encore je fantasmais de la sentir glisser entre mes doigts.

— Tu es comme une perle, Kahlan, trop vénuste et délicieuse pour notre monde de requins. Une perle, ça éveille les convoitises et ça se fait bouffer. (Un rictus mauvais est apparu autour de mes lèvres.) Mais les requins ne s’attendent pas à ce qu’une perle rende les coups. Quand j’aurai fait de toi une combattante digne de ce nom, ils se casseront les dents en essayant de te mordre. Et si je me trouve dans les parages, ils perdront beaucoup plus que leurs dents.

J’ai poussé un soupir, puis relâché Kahlan. Lui ai tourné le dos.

— Je te raccompagne à Europolis. Tu as raison, je ne connais pas tes besoins profonds. Je sais simplement que je ne pourrai jamais les satisfaire.

Je livrais une guerre. Mon cœur battait pour irriguer ma cervelle et mes muscles ; les sentiments amoureux n’y avaient aucune place.

_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyMer 17 Avr - 20:08

2 Avril 2050

Si Kahlan avait voulu jouer franc-jeu, elle ne s’attendait clairement pas à mettre son ami dans cet état là. Pourquoi semblait-il aussi touché par ce qui la concernait ? Dès son arrivée, il s’était montré très méfiant, craintif, énervé presque de voir qu’on l’avait blessé. Qu’il veuille l’aider était une chose mais là, il semblait prendre tout ce qui la touchait personnellement. La brune était restée totalement immobile. La violence, elle y était habituée et si l’attitude de l’Atlante la surprenait, ce qui était visible dans son regard, elle n’avait pour autant pas bougé d’un pouce. Tout cela l’avait totalement chamboulé, mis sur les nerfs. La jeune femme s’en voulait. Elle n’avait pas prévu d’énerver ainsi le beau brun en lui révélant la vérité. Et pourtant, si l’alcool avait un peu aidé, elle ne se serait pas vue lui mentir, pas à lui, pas après ce qu’il avait fait, ce qu’il avait représenté pour elle. Aujourd’hui, elle ne savait plus trop quoi penser. Lara était partagée entre écouter ce qu’il lui disait et ne prendre que le stricte minimum de lui voir rien du tout, les choix possibles selon Alcide, ou bien écouter sa petite voix intérieure qui lui disait qu’elle pourrait peut-être le sauver lui, à défaut de réussir à sauver Aurora.

Sa description de la vie qu’il menait aujourd’hui ne fit ni chaud ni froid à la brune. Il faisait bien ce qu’il voulait, si prendre de la drogue était ridicule pour un humain qui ne faisait que raccourcir sa durée de vie, un Atlante lui n’aurait pas les à côtés les plus négatifs. Le jeune homme ne serait impacté que par les effets secondaires immédiats et probablement durant un laps de temps très court. Vengeance, violence et plaisir étaient les seules choses qui semblaient régir sa vie aujourd’hui. Instinctivement, elle se releva, doucement, sans aucune agressivité. Les mots qu’il venait de lui dire sonnaient comme une invitation à partir. Et pourtant, lui interpréta cela comme une invitation à se rapprocher d’elle, passant un bras dans le bas de son dos pour l’empêcher de fuir. Son geste était autoritaire et son regard était profond. Indirectement, la jeune femme avait l’impression de voir dans son regard un homme brisé plus qu’un homme résolu à agir comme il venait de le décrire. Cette proximité soudaine avait largement augmenté le rythme cardiaque de la belle tandis que cette prise sur elle la fit frissonner. Comment pouvait-elle encore se mentir à elle-même ?

Des compliments, Alcide était en train de lui faire une panoplie de compliments qu’elle n’avait probablement jamais entendu de sa vie. Voilà ce qu’il pensait d’elle, voilà ce qu’il aimait chez elle. Il n’avait pas tort dans son raisonnement. La brune était un véritable paradoxe dans bien des domaines. Mais en même temps, se rendait-il compte que jamais il n’avait été agressif avec, pas même aujourd’hui ? Cette pression supplémentaire dans le bas de ses reins pour coller leur bassin l’un contre l’autre généra un puissant frisson qui parcourut tout son corps alors que leur souffle pouvait se mélanger l’un avec l’autre tant leur proximité était réelle. Evidemment qu’elle sentait son membre gonflé se presser contre son entrejambe. La jeune femme sentait également la vague de chaleur et le point qui se créait au creux de son ventre à cause de cette proximité, de cette envie qui se réveillait au fond d’elle. Alors qu’elle s’attendait à ce qu’il l’embrasse, ce qu’elle n’aurait pas regretté, ce dernier se montra de nouveau sous un jour plutôt tendre, enlevant une mèche humide de devant son visage. A quel moment cet homme s’était-il jugé incapable de sentiments alors que ses paroles en étaient imbibées ? Pouvait-elle seulement le sauver ? Plus les mots de l’Atlante s’enchaînaient et plus Kahlan avait l’impression qu’il la désirait, qu’il la voulait pour lui, sans être capable de l’y contraindre. Elle voulait se perfectionner au combat pour elle et pour ses proches. Elle ne voulait plus être un fardeau mais surtout, elle voulait aider, se rendre utile, chose que son ami pensait faisable.

C’est alors qu’il la relâcha, tout simplement, lui tournant le dos et s’éloignant de deux pas, comme en proie à un dilemme. C’est ce qu’elle croyait jusqu’à ce qu’il prononce des mots qu’elle ne pensait pas l’entendre dire. Ses jambes étaient tremblantes, son souffle était irrégulier, sa frustration était bien réelle. Pourquoi n’avait-il pas franchi le pas ? Pourquoi n’était-il pas venu l’embrasser comme autrefois ? Après tout ce qu’il venait de lui dire, Alcide laissait tomber, ne voulait plus d’elle ? Cette foutue situation était incompréhensible. Non il ne connaissait pas ses besoins donc justement, l’Atlante était incapable de dire s’il pourrait les satisfaire. Et le besoin le plus important, celui qui se faisait ressentir le plus dans l’immédiat, c’était l’envie de lui, d’un baiser, d’une caresse, de beaucoup plus.

Non ...

Sa voix avait été ferme sans aucune agressivité pour autant. Kahlan refusait complètement qu’il la ramène, elle refusait également sa conclusion, pas après tout ce qu’il venait de lui dire, pas après autant de contradiction dans son discours et son attitude. Elle se rapprocha de lui alors qu’il s’était à moitié tourné pour la regarder et le fit reculer de deux pas, le poussant contre le mur, avant de se mettre sur la pointe des pieds et de venir l’embrasser, ses mains posées sur le torse de l’Atlante. Ce baiser n’était pas agressif, il était calme, avec un peu de douceur mais surtout une promesse de plus, la révélation d’une envie qu’il avait éveillé chez elle, qu’il était le seul à ne jamais avoir éveillé jusque là. Relâchant cet échange, reculant d’un pas pour le laisser libre de ses mouvements, la brune plongea son regard dans celui de son ancien amant, du premier, le seul qui avait pris soin d’elle.

Soit tu vas au bout de ce que tu voulais faire soit tu ne le veux plus et dans ce cas, je partirais par mes propres moyens.

Décidée mais sans aucune agressivité, la jeune femme ne comptait pas l’abandonner. Par ailleurs, s’il y avait une chance de ramener ou de conserver un rien l’âme de celui qu’elle avait aimé, elle le ferait. Elle ferait tout pour le sauver y compris de lui même tout en l’aidant à atteindre ses objectifs. L’échec ne lui faisait pas peur. Mais là, maintenant, entre ses mots et ses gestes, Alcide lui avait donné envie d’oublier ce monde de merde le temps d’une nuit dans ses bras, comme autrefois. Elle voulait se libérer l’esprit, ne plus penser aux enfoirés qui avaient attaqué le centre commercial, ne plus penser au retour potentiel de son père et de son mari, ne plus se battre le temps d’une nuit pour ramener Aurora à la raison, ne plus se demander si elle devrait tenter sa chance avec Kethryn. La brune le voulait lui, son corps, et ressentir du plaisir jusqu’à l’épuisement afin de ne plus penser à tout ça rien qu’un bref instant. Si le beau brun lui disait non, alors elle irait simplement enfiler ses vêtements mouillés et piquer de nouveau une tête pour regarder son studio de Coal, non loin des quais.

_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyJeu 18 Avr - 18:19


Je prévoyais de conduire Kahlan au port. Elle descendrait de mon bateau pour rentrer chez elle ou contacter la femme qui l’émoustillait.
De mon côté j’irais au Beautiful Creatures of the Depths, ou BCD pour les habitués, un genre de bordel à thème où les filles étaient correctement traitées. En alignant cent billets, on m’offrirait une pute à la peau laiteuse, pas trop usagée et coiffée d’une perruque aux longs cheveux noirs. Un pis-aller pour la jolie sirène qui m’avait rendu visite, mais ce serait toujours mieux que dormir sur ma béquille.

Son « Non » m’a inspiré un soupir. Si elle continuait à me faire chier avec ses foutus contes de fées, c’est à la nage que ma vieille amie trop bavarde rejoindrait le continent.

Son baiser m’a alors rappelé combien j’aimais la douceur de ses lèvres. Leur subtil goût iodé me manquait plus que je ne l’aurais cru. Un bon goût atlante, plus alléchant que les lippes fades des Surfaciennes.
Son geste volontaire, résolu, le contact de ses mains fines sur mon torse ciselé, sa formule provocatrice ont accru mon envie de lui faire l’amour. J’aimais quand une femme montrait de l’initiative et de l’audace, mais plus important Kahlan agissait comme je l’espérais : elle s’affirmait, s’emparait de son désir, écoutait son corps et ses envies.
Sans peut-être en avoir conscience, sa formation commençait déjà.

J’ai conquis le faible espace qui nous séparait, sans la quitter du regard.
Kahlan avait sa réponse.



_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyJeu 18 Avr - 19:13

2 Avril 2050

Si ce n’était pas le genre de Lara de réagir ainsi, on avait jamais agi de la sorte avec elle auparavant. Et puis, si elle ne comprenait pas encore tout ce qu’il se passait sur ce bateau, ce qui était sûr c’est que le beau brun restait quelqu’un de spécial à ses yeux, à cause de leur passé commun mais aussi de ce qui était en train de se passer. Il l’avait allumé, il avait éveillé ses sens et il avait rappelé à son corps le bien qu’il était capable de lui faire rien qu’avec ses petits gestes qu’il avait eu à son égard depuis qu’elle était arrivée. Inquiet, il était venu la récupérer dans l’eau pour l’aider à se hisser, même si elle n’en avait pas eu plus besoin que cela, avant de l’inviter à boire un coup, examinant ses blessures, la retenant alors qu’elle était sur le point de s’en aller. D’un point de vue extérieur, la manipulation ou l’amour seraient les deux possibilités envisagées dans un premier temps. Puis il avait eu ses mots abrupts, ce dialect on ne peut plus direct pour lui faire comprendre qu’il voulait la baiser. Le tact et la douceur n’avaient jamais été des qualités d’Alcide quand il se mettait à parler, encore moins aujourd’hui que quinze ans auparavant. Cela n’avait strictement rien à voir avec ses gestes. Loin d’imaginer qu’il puisse se comporter ainsi uniquement avec elle, la jeune femme trouvait que son comportement, ses gestes, étaient bien souvent en contradiction avec ses paroles, surtout concernant ce qu’il pensait de lui même.

Seulement là, alors que cela faisait bien longtemps qu’un homme ne lui avait pas donné envie de la sorte, environ quinze ans, son ami donna l’impression de jouer avec elle même si elle n’arrivait pas à croire que cela puisse être possible. Aussi la brune émit un non sérieux, catégorique. Dans tous les cas, elle ne le laisserait pas la ramener sur le continent. Kahlan avait besoin d’être fixée, elle voulait savoir à quel point il avait changé. Etait-il capable de se moquer d’elle après leur passé commun, après le fait qu’il ait accepté de l’aider ? Elle ne pouvait y croire et si le soupir de l’Atlante la fit hésiter à lui poser la question, son corps de lui-même s’approcha de lui instinctivement. Elle se leva sur demi-pointes pour embrasser ses lèvres qu’elle avait jadis aimées. Tout dans ce baiser encore relativement sage laissait entendre l’envie éveillée par ses attentions qui en réclamait plus, toujours plus. Il était le seul à l’avoir jamais satisfaite sur ce point aussi le souvenir de ce plaisir partagé n’aidait en rien à calmer ce désir qu’il avait fait naître en elle ce soir. Après cet échange imprévu, Lara avait préféré remettre un peu d’espace entre eux. Elle ne voulait pas le forcer même si un refus la blesserait clairement. Seulement cette distance entre eux ne demeura guère longtemps, réduite à néant par Alcide.


_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyVen 19 Avr - 18:11





_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptySam 20 Avr - 7:32

2 Avril 2050


_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptySam 20 Avr - 19:30




_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyLun 22 Avr - 9:21

2 Avril 2050


_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyMar 23 Avr - 18:17




_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Lara Jensen
Lara Jensen
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
Messages : 1649
Célébrité : Anne Hathaway
Alias : Kahlan (nom de naissance)
Métier officiel/officieux : Vendeuse dans un magasin de lingerie

Dossier Central
Equipe: Aucune
Points de Baston: 8
Points de Marave: 0
I'm the Master of my Fate, I'm the Captain of my Soul
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyMer 24 Avr - 7:20

2 Avril 2050


_________________
Coded by HoneyLily
Revenir en haut Aller en bas
Alcide Keranos
Alcide Keranos
Messages : 67
Célébrité : Joel Kinnaman
Alias : L’Espadon
Métier officiel/officieux : Détective privé // Redresseur de torts

Dossier Central
Equipe: 8
Points de Baston: 8+1
Points de Marave: 3
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid EmptyJeu 25 Avr - 18:32




_________________



≈ La paix est une lutte permanente contre notre nature profonde, une peau dont nous recouvrons les os, les muscles et la chair de notre sauvagerie naturelle. ≈ L’instinct de violence coule dans nos veines comme un parasite, attendant la moindre occasion pour alimenter notre colère et la multiplier jusqu’à ce qu’elle explose. ≈ La guerre est la seule chose que nous comprenons vraiment. ≈
Revenir en haut Aller en bas
https://after-my-fate.forumsrpg.com/t1098-alcide-keranos-liens
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid   [Livre I - Terminé] Wounded Mermaid Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre I - Terminé] Wounded Mermaid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fais moi rentrer... S'il te plait. [Livre I - Terminé]
» Don't you know I had no choice ? [Livre 1 - Terminé]
» Investigations [Livre 1 - Terminé]
» Le même homme, toujours dans un bar. [Livre 1 - Terminé]
» Je vous ai entendu...[Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: